Accueil Economie

Feu vert des États de l’UE pour faciliter les exportations ukrainiennes

Les États membres de l’Union européenne ont donné leur feu vert au renouvellement pour une année supplémentaire de la suspension des droits de douane et des quotas sur les exportations ukrainiennes et moldaves vers l’UE. Des mesures de sauvegarde ont également été prévues afin d’éviter des perturbations sur le marché, qui ont suscité le mécontentement des agriculteurs dernièrement.

Temps de lecture : 2 min

Les ambassadeurs des 27 États membres ont approuvé la proposition de la Commission européenne sans aucune modification. La proposition a reçu un «large soutien», à l’exception de pays frontaliers de l’Ukraine, a indiqué une source diplomatique. En Pologne, par exemple, des agriculteurs bloquent depuis plusieurs jours la frontière ukrainienne dans le but de dénoncer l’afflux de produits issus de l’agriculture ukrainienne sur le marché européen qui pousse les prix vers les bas sur les marchés locaux.

Pour répondre aux préoccupations des agriculteurs, la Commission européenne a prévu des mécanismes de sauvegarde, permettant une intervention rapide en cas de perturbation d’un marché. Les importations de volailles, d’œufs et de sucre seront également freinées: les importations exemptées des droits de douane seront plafonnées à la moyenne des importations en 2022 et 2023. Si les importations dépassent ce plafond, la Commission peut décider d’appliquer à nouveau des tarifs de douane. Toutefois, les principales organisations agricoles européennes estiment que ces mesures ne sont pas suffisantes.

L’objectif est de prolonger l’exemption des droits de douane jusqu’en 2025.

Le Parlement européen doit encore se prononcer sur la proposition.

A lire aussi en Economie

Premier baromètre du moral des agriculteurs bio

Economie Marché en recul, chiffre d’affaires en baisse, prix de vente qui passent sous les prix conventionnels sont devenus courants en 2022 et 2023 dans les fermes bio. Le constat n’est pas favorable pour celles et ceux qui sont pourtant engagés dans des pratiques positives qui devraient être mieux valorisées : protection de la santé, de la biodiversité, des sols, de l’eau, du climat. L’Unab leur a donné la parole.
Voir plus d'articles