Le prix des œufs encore actuellement élevé

Le prix des œufs encore actuellement élevé

En raison de l’euthanasie de poules et la destruction d’œufs qui l’ont suivie, l’offre est en effet toujours relativement faible par rapport à la demande, ce qui pousse les prix à la hausse. Les producteurs s’attendent toutefois à une normalisation en la matière lorsque la production aura repris une courbe normale.

En Belgique, le scandale des œufs contaminés au fipronil a mené à la destruction de 77.375.000 œufs et l’euthanasie de 1.900.000 poules. D’après le ministre fédéral de l’Agriculture Denis Ducarme, le coût économique de la crise s’élève à 21 millions d’euros. Il faut environ 20 semaines pour repeupler les exploitations, explique Louis Pyfferoen, qui représente les producteurs au sein de la commission chargée de fixer, au niveau national, le prix des œufs.

Si un prix élevé constitue une bonne affaire pour ceux qui n’ont pas été touchés par la crise, le secteur partage toutefois un sentiment mitigé. « Beaucoup de collègues ne savent pas où ils en sont. Et il y a une solidarité avec les collègues qui ne peuvent pas profiter des prix élevés. Personne n’est satisfait de cette situation », confie-t-il.

La Commission européenne avait donné son feu vert, fin 2017, à des mesures de soutien au secteur belge. L’offre reste cependant encore trop faible pour le moment et la commission chargée d’établir le prix à la criée de Kruishoutem (Flandre-Occidentale) l’a dès lors fixé à un niveau 50 % plus élevé qu’il y a un an.

(Belga)

Le direct

Le direct