Deux fois moins d’abeilles, c’est dramatique!

Deux fois moins d’abeilles, c’est dramatique!

Alors oui, ces sympathiques insectes sont obligés de butiner des fleurs arrosées par des pluies acides, chargées de métaux lourds. Elles doivent respirer l’air pollué par le Kérosène des avions emmenant les bien-pensants en vacances tout en se fichant cette fois de la planète.

Pendant ce temps, les agriculteurs travaillent pour un salaire de misère. (Le prix du blé est bien moins élevé qu’il y a 60 ans !). Soucieux de l’environnement, les fermiers n’emploient plus les néonicotinoïdes qu’en très petite quantité sur l’enrobage des graines de...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct