La Commission européenne continue d’écouler ses stocks de poudre de lait

Quelque 133.000 tonnes de poudre de lait ont été écoulées depuis fin 2017.
Quelque 133.000 tonnes de poudre de lait ont été écoulées depuis fin 2017. - JV.

La Commission européenne a présenté le 10 septembre, à l’occasion du Comité spécial agricole, sa proposition de règlement visant à renouveler en 2019 l’initiative déjà prise en 2018 portant à zéro le plafond des achats à prix fixe dans le cadre de l’intervention publique sur la poudre de lait écrémé. La présidence autrichienne de l'UE avait laissé aux États membres jusqu’au 13 septembre pour s’opposer à l’adoption de ce règlement qui devrait être entériné au mois d’octobre par le Conseil.

S’il s’avérait néanmoins nécessaire de procéder à une intervention sur le marché laitier en 2019, des achats publics de poudre de lait seraient lancés par appel d’offres. Mais pour le moment, la Commissions cherche surtout – et y parvient – à se débarrasser des stocks de poudre de lait écrémé accumulés durant la crise de 2016.

Lors de la réunion du comité de l’organisation commune des marchés agricoles du 30 août, les États membres ont accepté l’offre de vendre 31.493 tonnes de lait écrémé en poudre à un prix minimum de 123 €/100 kg, ce qui porte à un peu plus de 133.000 tonnes le volume des stocks d’intervention écoulés depuis fin 2017.

Le prix actuel du lait écrémé en poudre sur le marché s’élève à 158,20 €/100 kg pour les denrées alimentaires et à 139,80 €/100 kg pour les aliments pour animaux (en hausse de 17 % et de 12 % sur un an).

Vu l’importance des quantités vendues lors de cette dernière adjudication, la Commission propose de mettre en vente des quantités supplémentaires de 65.984 tonnes. Le volume total offert pour le prochain appel d’offres, le 20 septembre, s’élèvera donc à près de 155.000 tonnes.

La prochaine réunion de l’Observatoire européen du marché laitier, prévue le 25 septembre, permettra de faire un nouveau point sur la situation du secteur.