Accueil Au vert

Braconnage: plus de 700 PV dressés en 2018

En 2018, l’Unité anti-braconnage (UAB) de l’administration wallonne a dressé 726 procès-verbaux, soit 42 % de plus qu’en 2017, ressort-il des chiffres communiqués par le cabinet du ministre wallon René Collin.

Temps de lecture : 2 min

Depuis le 1er septembre, les agents de l’UAB travaillent sous la responsabilité de l’inspecteur général du Département de la nature et des forêts (DNF), malgré l’opposition des associations de protection de l’environnement. « Le transfert de l’UAB au DNF s’est fait sans réelle modification des procédures. Toutefois, les derniers mois ont permis à la hiérarchie du DNF de préciser des modalités de fonctionnement de l’ensemble des agents assermentés afin de rationaliser l’exercice des missions de police et de contrôle au sein du département », commente le cabinet du ministre Collin, en charge de la Nature et des Forêts.

L’UAB, créée pour réprimer le braconnage, s’occupe aussi de rechercher les infractions en matière de chasse, de conservation de la nature ou d’autres atteintes au patrimoine naturel.

L’an dernier, la Fédération Inter-environnement Wallonie, la Ligue royale belge pour la protection des oiseaux, le WWF et Natagora s’étaient vivement opposés au projet de faire passer cette unité du Département de la police et des contrôles vers le DNF. L’UAB « doit impérativement conserver son autonomie et son indépendance par rapport à une administration (DNF) proche des propriétaires et gestionnaires à travers les missions qui lui sont confiées », avaient clamé ces associations, rejointes par Ecolo.

Le ministre René Collin, de son côté, avait expliqué que la restructuration faisait partie d’une réflexion plus globale sur l’organisation de la DG dont font partie ces services, et que la volonté était d’optimaliser le travail des gardes-forestiers tant de l’UAB que du DNF.

S’il est trop tôt pour dresser un premier bilan du transfert, les chiffres de 2018 montrent que les agents du l’UAB ont été bien occupés puisqu’ils ont dressé 726 PV, contre 512 en 2017 et 620 en 2016. Parmi les PV de 2018, la moitié avait trait à la conservation de la nature et 30 % à la chasse.

(Belga)

A lire aussi en Au vert

Et si nous réalisions des ados ou des buttes au potager?

Potager Les SB du 20 octobre et du 3 novembre présentaient des travaux que cet automne particulier nous permet de réaliser. Les sols sont loin d’être gorgés d’eau et peuvent être travaillés sans trop de complications. Il faut surtout s’interdire de compacter la terre en travaillant en conditions humides. Souvenons-nous que si nous triturons la terre gorgée d’eau, celle-ci pourra devenir dure comme de la brique lorsque le printemps reviendra.
Voir plus d'articles