L’abattoir Sus Campiniae souhaite concilier qualité, rentabilité et bien-être animal

Durant leur transport, les carcasses  sont suspendues à des crochets  en forme de portemanteaux  munis d’une puce.
Durant leur transport, les carcasses sont suspendues à des crochets en forme de portemanteaux munis d’une puce. - Sus Campiniae

Voici bientôt deux ans, soit en février 2017, un nouvel abattoir porcin a vu le jour à Oevel (Westerlo, province d’Anvers) et a immédiatement démarré ses activités. Aujourd’hui, la ministre flamande de l’Agriculture, Joke Schauvliege, envisage de lui retirer sa licence. La raison ? Les odeurs et le passage des camions troubleraient la sérénité des familles venant se recueillir au cimetière tout proche.

De leur côté, les associations de défense des droits des animaux attirent l’attention des...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct