Les producteurs de poires n’ont plus le sourire

Les producteurs de poires n’ont plus le sourire

En raison de la sécheresse du printemps 2018, de nombreuses poires sont restées trop petites et étaient de mauvaise qualité. À cela, s’ajoutent des prix au kg eux aussi rikiki. « Avec la sécheresse, il y a moins de poires de classe A et les poires plus petites ont maintenant aussi moins de valeur, donc le prix a fortement chuté », explique Stijn De Roo, du syndicat agricole flamand Boerenbond.

Les poires sont traditionnellement conservées en chambres froides mais la récolte de l’année...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct