Accueil Equipements

Tracteurs sur la N25: des actions de blocage, avant un recours au Conseil d’État

Suite à la décision du ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio, d’interdire dès le 1er  janvier prochain la N25 aux véhicules agricoles, la Fwa a mené diverses actions de blocage ce 12 août. Dans la foulée, un recours sera également introduit au Conseil d’État, en vue de faire annuler l’Arrêté ministériel relatif à cette décision.

Temps de lecture : 3 min

R egrettant avoir appris par voie de presse la décision du ministre Di Antonio de rétablir le statut de « Route pour automobiles » sur la N25, y interdisant de ce fait la circulation du charroi agricole, la Fédération wallonne de l’agriculture (Fwa) a finalement pu prendre connaissant du texte de l’Arrêté du 26 juillet 2019 portant sur le règlement complémentaire sur la police de la circulation routière.

Et le syndicat de constater que ledit arrêté a été adopté sans tenir compte ni des demandes des différents intervenants, ni des intérêts et contraintes qu’ils rencontrent. Pour rappel, il s’était en effet attelé, dans un esprit de concertation, à formuler des propositions concrètes pour permettre la meilleure cohabitation possible entre tous les véhicules sur la N25.

En outre, l’ensemble des interlocuteurs avait explicitement réclamé une étude de faisabilité objective et complète quant aux meilleures alternatives offertes aux agriculteurs tout en garantissant la sécurité des automobilistes. Et ce, avant qu’une décision soit prise !

Susceptible d’être annulé

La Fwa regrette, par ailleurs, qu’un ministre sortant, dont les prérogatives sont en principe limitées et encadrées, soit passé outre toute concertation et dialogue constructif avec les principales personnes concernées. « Une attitude prouvant une fois encore que le ministre demeure sourd aux préoccupations du monde agricole », ajoute-t-elle.

Elle a d’ailleurs analysé de manière plus précise le contenu de l’Arrêté, avec le concours de ses conseils. À l’aune de cet examen, elle estime que celui-ci serait manifestement susceptible d’être annulé en cas de recours devant le Conseil d’État.

Elle demande donc au ministre Di Antonio le retrait de son Arrêté pour ce vendredi 16 août midi au plus tard, aux fins d’assurer la concertation indispensable à ce dossier. À défaut, un recours en annulation et en suspension à l’encontre de l’Arrêté sera introduit auprès du Conseil d’État « et ce, aux fins de défendre au mieux les intérêts du monde agricole ».

Sensibiliser les usagers de la route

En parallèle, les agriculteurs concernés par cette décision ont mené des actions de blocage ce 12 août. Plusieurs entrées et sorties de la N25 ont été fermées par divers véhicules agricoles. Le but : forcer les automobilistes à emprunter les routes secondaires, comme devra le faire tout le charroi agricole si l’Arrêté du ministre Carlo Di Antonio venait à être appliqué.

« Désolé mais pour les réclamations, voyez avec le cabinet du ministre Di Antonio », souriaient les agriculteurs en distribuant des tracts aux automobilistes forcés de faire demi-tour et d’emprunter les routes secondaires. Le tract distribué réaffirme la position de la Fwa, qui plaide notamment pour une limitation de la vitesse générale à 90 km/h sur la N25, pour réduire le différentiel de vitesse entre les automobilistes et les véhicules lents que sont les tracteurs et autres engins agricoles.

Pour Marianne Streel, présidente du syndicat, l’action a été une réussite : « Tout s’est passé dans le calme et le message est bien passé auprès des usagers de la N25 ». « Nous avons eu l’occasion de discuter avec des automobilistes, et beaucoup nous ont dit que nous avions raison. Nous avons également pris trois tracteurs pour relier Wavre à Nivelles, via les routes alternatives, accompagné d’une équipe de télévision : il a fallu une heure et demie, alors que ce test a été réalisé hors heure de pointe, et en pleine période de vacances… »

A lire aussi en Equipements

Renouveler sa phytolicence, comment ça marche?

Cultures Réservée à un cadre professionnel, la phytolicence, en fonction de son type (P1, P2, P3 ou NP), permet aux agriculteurs de stocker, d’acheter, d’utiliser ou de conseiller des produits phytopharmaceutiques. Celle-ci expirée, il vous sera interdit d’en faire quoi que ce soit. Vous vous retrouvez dans ce cas de figure et souhaitez renouveler votre document arrivé à échéance ? Voici la marche à suivre.
Voir plus d'articles