La cellule d’accompagnement des petits producteurs désormais à 100% opérationnelle

La cellule d’accompagnement des petits producteurs désormais à 100% opérationnelle

La décision de créer ladite cellule fait suite au constat d’un besoin de soutien des producteurs, des transformateurs, des indépendants et des petites entreprises dans la gestion de leurs activités en regard des exigences légales de sécurité alimentaire.

Celle-ci a été initiée dès 2015 et a pu profiter d’un budget propre pour l’engagement de personnel et pour le financement d’études visant à aider les petits producteurs. En novembre 2016, elle s’est agrandie avec l’engagement de nouveaux collaborateurs. Aujourd’hui, elle est pleinement opérationnelle. En effet, la dernière étape, à savoir la mise en ligne du site internet http://www.afsca.be/cva/, vient d’être franchie.

Celui-ci permet au public, d’une part, de voir les projets d’accompagnement en cours, les initiatives auxquelles ils peuvent participer, mais également les résultats des projets d’études (dont par exemple des études sur la maturation de la viande et sur les assouplissements pour la conservation des tartes au riz). D’autre part, il permet la publication d’informations utiles et pratiques facilement consultables par les petites entreprises en phase de développement ou de diversification.

Cette plateforme d’informations sera adaptée en continu afin d’apporter les réponses les plus pertinentes aux demandes des professionnels et du public. Un point de contact direct pour les opérateurs est également mis en évidence (02 211.83.02, accomp@afsca.be).

Pour sa part, le ministre Borsus juge bien réel l’intérêt de cette nouvelle structure, chiffres à l’appui. Il explique : « Les chiffres des producteurs l’attestent puisque nous sommes par exemple passés de 1.400 producteurs fermiers début 2015 à 1.562 début 2017 (soit une augmentation de 11 % en deux ans). Si on se concentre sur les producteurs de produits laitiers à la ferme, c’est encore plus parlant : ils étaient 666 début 2015 pour 790 en 2017 (soit plus 18,6 %). Enfin, les boucheries à la ferme sont passées de 177 en 2015 à 187 en 2017 (+6 %). On voit que de plus en plus de producteurs se lancent et que de plus en plus d’agriculteurs tentent le défi de la transformation ou de la vente directe. »

Le direct

Le direct