Production primaire végétale: la version 3 du Standard Vegaplan entre en vigueur!

Depuis le mercredi 4 décembre, les audits Vegaplan doivent obligatoirement se fonder sur cette nouvelle version.
Depuis le mercredi 4 décembre, les audits Vegaplan doivent obligatoirement se fonder sur cette nouvelle version. - M. de N.

La nouvelle version (dite 3.0) du Standard Vegaplan pour la production primaire végétale vient d’être publiée. Ce Standard est le résultat d’une concertation étroite entre les autorités compétentes, les acheteurs de produits végétaux et les organisations agricoles. Il comprend toutes les exigences légales et extralégales relatives à la sécurité alimentaire, la lutte intégrée contre les nuisibles (IPM), le développement durable et l’accès aux marchés.

Par conséquent, le certificat Vegaplan certifie que les produits livrés sont conformes à la législation et aux exigences de qualité.

Comme le Standard Vegaplan comprend intégralement les modules A et B (« Productions végétales » et « Fourrage grossier ») du Guide sectoriel G-040, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire a déclaré officiellement le Standard Vegaplan v3.0 équivalent au Guide sectoriel G-040 v4.0.

Grâce à cette équivalence, l’agriculteur peut obtenir un certificat combiné, qui lui donnera droit au bonus sur la contribution annuelle à l’Afsca et une fréquence réduite d’inspection de la part de l’Afsca si l’ensemble de ses productions sont certifiées. Cet avantage a déjà été accordé à plus de 17.000 agriculteurs.

Sécurité alimentaire, techniques culturales durables et lutte intégrée

L’une des principales nouveautés de cette version 3 est la révision en profondeur des exigences relatives à la qualité de l’eau utilisée en opérations pré-récolte et post-récolte ; ces exigences constituent un nouveau chapitre « eaux utilisées pour la production primaire et les opérations connexes ». Elles sont étoffées par une annexe détaillée présentant une analyse de risque et un arbre de décision, qui permettent à l’agriculteur de les appliquer.

Une autre nouveauté est le chapitre « exportation vers des pays tiers ». Il s’agit des règles spécifiques applicables lors de l’exportation vers des pays non-membres de la Communauté européenne. Afin de prévenir les maladies et les ravageurs de la pomme de terre, les exigences phytosanitaires applicables aux plants ont également été renforcées.

Dans le domaine de la protection intégrée des cultures (IPM), une série d’adaptations ont été effectuées et de nouvelles exigences ont été incluses, qui sont déjà entrées en vigueur grâce à une mise à jour de la liste de contrôle. Parmi les exigences spécifiques au secteur figure la confirmation écrite (niveau 2) que le plastique utilisé dans les fourrages grossiers est apte à entrer en contact avec les aliments pour animaux et l’obligation d’utiliser des gants bleus lors de la récolte des légumes industriels.

Depuis le 4 décembre

Comme précisé ci-avant, le nouveau Standard Vegaplan v3.0 est entré en vigueur le mercredi 4 décembre de cette année. À partir de cette date, tous les audits Vegaplan doivent obligatoirement se fonder sur cette version.

Le cahier des charges est disponible gratuitement sur le site web www.vegaplan.be. Celui-ci propose aussi un outil permettant à l’agriculteur de constituer sa propre check-list en fonction de ses activités, ainsi qu’un manuel qui compile les pictogrammes, les listes de contrôles et les procédures qui permettent de se mettre en ordre avec les diverses exigences et enregistrements obligatoires. Tout agriculteur certifié a accès à la banque de données pour vérifier ses statuts de certification. Dans cette banque de données, les agriculteurs certifiés ont aussi la possibilité d’établir des fiches parcellaires électroniques et de partager celles-ci avec les acheteurs de leur choix.

L’intégration du Standard Vegaplan tout au long de la chaîne a fait de ce cahier des charges un outil incontournable dans le secteur végétal.

Le direct

Le direct