Accueil Economie

Budget de la future pac, en hausse de 26 milliards €, corrige le commissaire…

Ce ne sont pas 15 milliards € qui ont été ajoutés au budget de la politique agricole commune dans la nouvelle proposition de cadre financier pluriannuel pour 2021-2027, mais bien « 26,4 milliards € », a précisé le commissaire européen à l’agriculture, le 2 juin.

Temps de lecture : 3 min

Le commissaire Janusz Wojciechowski a apporté tout début juin des précisions concernant la proposition de cadre financier pluriannuel 2021-2027 révisé présentée quelques jours auparavant, indiquant que celui-ci « est supérieur de 26,4 milliards à la proposition de la Commission présentée en mai 2018 ». Un chiffre exprimé en euros courants – tenant compte de l’inflation – et qui intègre les 15 milliards € (16,5 en euros courants) prévus pour le développement rural dans le plan de relance économique « post-Covid-19 ».

Dans le détail, en plus de ces 15 Mrds €, l’enveloppe du premier pilier de la pac est (en euros constants de 2018) rehaussée de quelque 4 Mrds € – répartis sur sept ans – et celle du second pilier de 5 Mrds € dont plus de la moitié doit être dépensée en 2021. Ces fonds supplémentaires sont ventilés selon une clef de répartition inchangée entre les États membres.

Au total, la politique agricole commune serait dotée de 348,3 Mrds € en prix constants (391,4 Mrds € en prix courants) dont 285,3 Mrds € (290,7 Mrds € en prix courants) pour le premier pilier (paiements directs et mesures de marché) et à 90 Mrds € (100,7 Mrds € en prix courants) pour le développement rural.

« Cela correspond, estime la Commission européenne, en prix de 2018 (et à périmètre constant c’est-à-dire à vingt-sept États membres) à une augmentation de 7 % par rapport à la proposition de 2018 et une augmentation de 2 % » par rapport au niveau de 2020.

En 2018, la Commission avait proposé un budget de 365 Mrds € en prix courants pour la pac, dont 286,2 milliards d’euros pour le premier pilier et 78,8 Mrds d’euros pour le second. « Ces propositions vont dans le bon sens pour la réalisation des objectifs fixés par la stratégie de la ferme à la table », s’est félicité Janusz Wojciechowski.

« Difficile, mais possible »

Lors d’un débat le 2 juin avec le commissaire au budget Johannes Hahn, les députés de la commission Agriculture du Parlement européen ont globalement « salué un plan de relance ambitieux et un projet de budget pour la politique agricole de la pac meilleur que le précédent ».

Le président de la commission de l’Agriculture, Norbert Lins, a toutefois prévenu que ces propositions de manière seraient étudiées de manière « approfondie afin de s’assurer que les agriculteurs de l’UE disposent toujours d’un financement suffisant pour assurer la sécurité alimentaire, même après la crise de la Covid-19 ».

Mais ce sont surtout les chefs d’État et gouvernement de l’UE qui ont la main désormais sur ce dossier. Ils doivent avoir un premier échange de vues les 18 et 19 juin sur les nouvelles propositions mises sur la table par la Commission. L’Allemagne, qui prendra la présidence tournante du Conseil de l’UE à partir du 1er juillet, estime qu’un compromis sur ce dossier avant l’été est « difficile mais possible ».

A lire aussi en Economie

David Clarinval : mieux rémunérer les agriculteurs pour leurs efforts climatiques et céréaliers

Economie Les ministres européens de l’Agriculture, réunis ce lundi à Bruxelles sous forte pression des agriculteurs, entendront les propositions à court terme de la Commission portant essentiellement sur la simplification, dans l’attente d’un deuxième paquet de propositions sur la formation des prix attendu en mars, a souligné à son arrivée le ministre belge David Clarinval, au nom de la présidence du Conseil.
Voir plus d'articles