Le coin du maraîcher: la noctuelle terricole et ses chenilles redoutables

Les chenilles de couleur grise ont 4 points noir disposés en trapèze sur chaque segment. Elles s’enroulent sur elles-mêmes dès qu’elles sont dérangées. Le jour, elles se blotissent sous les plantes ou à quelques mm sous terre.
Les chenilles de couleur grise ont 4 points noir disposés en trapèze sur chaque segment. Elles s’enroulent sur elles-mêmes dès qu’elles sont dérangées. Le jour, elles se blotissent sous les plantes ou à quelques mm sous terre. - F.

Il est encore un peu tôt en saison pour se figurer objectivement l’importance de la présence de ce lépidoptère, cette année. Mais plusieurs maraîchers nous ont signalé des disparitions de plantes repiquées ou semées, coupées au collet. En creusant le sol à faible profondeur, nous y repérons des chenilles grises qui s’enroulent sur elles-mêmes dès que nous les dérangeons.

En 1976, autre année au printemps chaud et sec, nous avions connu une présence plus importante que de coutume de cet insecte sur notre territoire régional. Des pertes de plantules avaient été constatées dès juin, des tubercules rognés ont été récoltés en fin d‘été et début de l’automne.

Deux espèces courantes

Agrotis segetum et Agrostis ipsilon sont des espèces migratrices sur de très grandes distances. Elles viennent du bassin méditerranéen et remonte vers le nord au printemps. Elles sont présentes chaque printemps sur le territoire belge. L’arrivage est d’autant plus important que le printemps est chaud plusieurs semaines chez nous. En automne, à l’issue d’un second cycle de reproduction, les adultes repartent vers le sud. Nous pouvons considérer que la population disparaît l’hiver chez nous.

Nous constatons sa présence par les lésions ou les dégâts plutôt que par la présence des chenilles qui sont discrètes. De nombreuses cultures sont concernées. Le plus souvent, les pertes sont minimes, très localisées. La plante flétrit. En observant de plus près, nous constatons que la base du collet ou l’intérieur de la tige sont rongés.

Dégâts sur maïs, par section de la tige.
Dégâts sur maïs, par section de la tige. - Cipf

Les dégâts ressemblent à ceux laissés par des limaces, mais sans présence de trace de mucus. À proximité immédiate, à quelques millimètres sous terre ou juste sous la plante, nous pouvons trouver les chenilles de couleur grise et qui ont 4 points noirs disposés en trapèze sur chaque segment. Elles s’enroulent sur elles-mêmes dès qu’elles sont dérangées.

Les chenilles sont actives du soir au matin. La journée, elles se blottissent au pied des plantes ou sous quelques mm de terre. Elles se nourrissent de la base des feuilles de la plante et du collet. Lors des stades larvaires suivants, elles vont progressivement se nourrir des parties souterraines : bases de tiges, racines charnues, superficielles, tubercules. Le développement larvaire prend 7 à 9 semaines. Le cycle complet prend 4 à 6 semaines de plus. La femelle pond 1500 œufs, disposés en paquets de 10 à 15.

Les premiers dégâts sont constatés au milieu et à la fin du printemps. À son complet développement, la chenille mesure 4,5 cm.

Nombreuses cultures concernées

Les cultures convoitées sont nombreuses et variées. Il semble que les adultes migrants soient attirés par des plantes sauvages pour pondre à leur pied. Les liserons, les plantains, les rumex sont considérés comme très attractifs pour les femelles à la recherche d’un lieu de ponte.

Par la suite, les larves migrent vers les plantes cultivées les plus proches.

Nous pouvons trouver des lésions ou des pertes en maïs, betteraves, céréales, pommes de terre, asperge, oignon, chicorées, laitues, tomates, choux, carottes, céleris, etc.

Protection des plantes

Il est peu rentable d’investir dans des filets anti-insectes pour se prévenir des pontes des adultes au printemps. Mais les filets placés contre les autres papillons sont efficaces aussi contre les noctuelles terricoles.

En maintenant les cultures très propres (désherbage efficient), nous diminuons leur attractivité.

Une autre méthode de lutte, très performante, est basée sur l’action des auxiliaires. Les carabes sont très utiles en ce sens. Toutes les mesures pour les favoriser sont payantes. Nous avons abordé ces aspects notamment dans nos éditions des 12 février 2016, 19 août 2016, 13 février 2020.

Les haies mélangées, les bandes herbées peu fauchées et surtout non tassées par des passages d’engins sont des formidables viviers pour auxiliaires actifs au sol et via les airs. L’effet positif de ces aménagements s’étend loin dans les parcelles, probablement au-delà de 100 m.

Les oiseaux sont très friands des chenilles, en particulier les merles et les corneilles.

Certains insecticides ont une homologation autorisant une application sur jeunes chenilles; c’est le cas notamment des produits à base de Bacillus thuringiensis. Mais l’application est difficile à mettre en œuvre, les individus étant cachés sous la plante ou dans le sol. Notons que les chenilles âgées sont nettement moins sensibles.

F.

Le direct

Le direct