Promouvoir la viande bovine belge et rapprocher les restaurateurs des éleveurs

Un logo représentant une pièce de bœuf aux couleurs nationales permet d’identifier facilement les établissements servant de la viande bovine belge.
Un logo représentant une pièce de bœuf aux couleurs nationales permet d’identifier facilement les établissements servant de la viande bovine belge. - J.V.

En 2019, le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme, a travaillé durant de nombreux mois avec les fédérations Horeca des trois Régions du pays ainsi qu’avec les organisations agricoles membres de l’Agrofront (Fédération wallonne de l’agriculture, Boerenbond et Algemeen boerensyndicaat) pour mettre au point une « Charte pour la promotion de la viande bovine belge ». En y adhérant, les restaurateurs s’engagent à promouvoir la viande bovine de notre pays, toutes races confondues, sur leur carte.

Cette charte est accompagnée d’un logo, dévoilé en décembre dernier. Facilement reconnaissable, il se présente sous la forme d’un macaron, à appliquer sur la devanture des restaurants, et de stickers, à apposer sur les menus. Son message – « Viande de bœuf belge, servie ici avec fierté » – permet aux consommateurs d’identifier immédiatement les restaurant où déguster de la viande issue de bovins élevés en Belgique (lire aussi notre édition du 20 décembre 2019).

De la viande bovine belge au menu

Si la crise sanitaire que nous connaissons actuellement est venue freiner l’initiative, Denis Ducarme a toutefois souhaité en faire une opportunité. « La filière bovine souffre depuis plusieurs années. En 7 ans, la marge des éleveurs a fondu de 15 %… En parallèle, la filière Horeca a été frappée de plein fouet par le coronavirus. Elle fait face à de nombreuses difficultés et certains établissements se trouvent au bord de la faillite. Nous avons souhaité faire le lien entre ces deux secteurs et les aider à construire une alliance gagnante, pour eux et pour les consommateurs », explique-t-il.

« L’élevage et l’Horeca sont deux secteurs qui se connaissent peu alors qu’ils ont des intérêts communs. »

Les différents partenaires de l’Horeca et de l’Agrofront se sont donc une nouvelle fois réunis autour du ministre. Leur but : réfléchir à comment inciter les restaurateurs à servir de la viande bovine belge à l’heure où les consommateurs montrent un intérêt croissant pour les circuits courts. « Créer des liens entre l’Horeca et l’élevage est essentiel. Ces deux secteurs se connaissent peu alors qu’ils ont des intérêts communs. »

Désormais, les organisations de l’Agrofront relayeront sur leurs sites web et réseaux sociaux respectifs les coordonnées des éleveurs prêts à approvisionner le secteur Horeca afin de favoriser le retour aux circuits courts, dans une dynamique « de la fourche à la fourchette ». « À travers cette liste, nous ne souhaitons pas promouvoir une race plus qu’une autre auprès de l’Horeca ou des consommateurs. C’est le travail des éleveurs qui doit être mis en avant, peu importe qu’ils se consacrent au Blanc-Bleu Belge, à l’Angus, à la Limousine, à la Salers… », insiste le ministre Ducarme.

Et d’ajouter : « Les établissements qui proposent de la viande bovine d’origine belge ne sont pas assez nombreux. Cette initiative doit nous aider à inverser la tendance. » D’autant que certains restaurateurs sont demandeurs de viande produite en Belgique mais ne savent pas toujours comment contacter les éleveurs ou travaillent avec des grossistes ne proposant que des viandes étrangères. L’annuaire mis à leur disposition leur permettra de franchir le pas.

« Chaque restaurateur aura accès  aux coordonnées des éleveurs disposés  à fournir l’Horeca et pourra, ainsi, proposer de la viande bovine belge à sa carte », explique Denis Ducarme.
« Chaque restaurateur aura accès aux coordonnées des éleveurs disposés à fournir l’Horeca et pourra, ainsi, proposer de la viande bovine belge à sa carte », explique Denis Ducarme. - J.V.

Marianne Streel, présidente de la Fwa, enchaîne : « De notre côté, nous expliquons aux éleveurs que travailler avec l’Horeca est une opportunité intéressante qui s’offre à eux. Ils peuvent ainsi créer de nouvelles relations, souvent sur le long terme. La crise nous donne, en quelque sorte, l’opportunité de redémarrer ensemble, en collaborant ! ».

Encourager les consommateurs

La campagne de promotion initialement prévue au premier semestre 2020 sera, elle, lancée dans les jours à venir. Celle-ci avait été annulée en raison de la fermeture imposée aux établissements Horeca au printemps dernier.

Ladite campagne se déclinera sur les réseaux sociaux, où une vidéo sera notamment diffusée. Elle a pour ambition de faire connaître le logo et sa signification aux consommateurs et de les encourager à consommer de la viande bovine produite localement, aussi au restaurant.

De même, chaque restaurateur ayant adhéré à la charte recevra prochainement un kit de communication de la part de sa fédération Horeca. Macarons et stickers « Viande de bœuf belge, servie ici avec fierté » fleuriront ainsi sur les devantures et cartes des restaurants.

J. Vandegoor