L’Argentine devient le premier pays à autoriser la commercialisation de blé OGM

L’Argentine devient le premier pays à autoriser la commercialisation de blé OGM

«Il s’agit de la première approbation au monde» pour un OGM de tolérance à la sécheresse dans le blé, mais «pour être commercialisé en Argentine, il doit être approuvé par le Brésil, principal et historique marché du blé argentin», a indiqué dans un communiqué le Conseil national des sciences et de la technologie (Conicet), qui dépend du gouvernement.

En 2019, 45% des 11,3 millions de tonnes de blé exportées par l’Argentine ont été vendues au Brésil. Les autres principaux marchés sont l’Indonésie, le Chili et le Kenya. Le développement de cette variété de blé HB4 résistante à la sécheresse est le fruit d’une collaboration public-privé de plus de 15 ans entre la société argentine Bioceres et l’Université nationale du Litoral (UNL). Les variétés de blé HB4 sont développées par Trigall Genetics, une joint-venture entre Bioceres et la société française Florimond Desprez, l’un des leaders mondiaux de la génétique du blé. Dans les lots de production et les essais en plein champ réalisés au cours des dix dernières années, les variétés de blé HB4 ont montré une amélioration du rendement de 20% en moyenne en cas de sécheresse. «Il nous faut maintenant convaincre le monde que c’est très bien et être capables de générer des marchés pour ce blé, qui représente une évolution technologique», a déclaré le directeur général de Bioceres, Federico Trucco, dans les colonnes du quotidien argentin Clarin.

Un groupe d’experts, membres de l’Institut national des semences, ont cependant exprimé leur inquiétude quant à cette approbation de commercialisation, soulignant dans une tribune jeudi qu’aucun pays n’approuvait l’utilisation de variétés de blé transgénique «en raison de la non-acceptation par les consommateurs».

Le direct

Le direct