Viande bovine et Covid-19: les échanges toujours perturbés durant l’été

Durant l’été, les flux de viande bovine sont restés perturbés au sein de l’UE.
Durant l’été, les flux de viande bovine sont restés perturbés au sein de l’UE.

Les importations de viande bovine de l’UE à 27 se sont effondrées au 2e trimestre 2020 par rapport à 2019 et -24 % vis-à-vis de 2018). Sur l’ensemble du 1er semestre, les volumes importés ont baissé de 20 %, dont -22 % en provenance du Brésil, -18 % d’Argentine, -25 % d’Uruguay, -19 % d’Amérique du Nord et -24 % d’Australie. Dans le même laps de temps, les importations de l’UE-27 depuis le Royaume-Uni ont été également en net retrait (-23 % /2019 et -10 % /2018).

Les exportations de viande bovine de l’UE-27 vers les pays tiers ont été quasi-stables sur le 1er semestre 2020 (-1 % /2019, mais -7 % /2018), avec le Royaume-Uni comme principal client, lui en nette baisse (-11 % /2019 à 160 ktéc). À noter que les échanges avec ce pays se font encore en franchise de droit jusqu’en fin 2020.

L’Irlande a moins exporté et réorienté ses flux

Entre mars et juin, les pertes de nombreux débouchés à l’export (notamment à destination de la RHD et de la transformation) ont fortement pesé sur les exportations irlandaises de viande bovine réfrigérée et congelée (142 ktéc exportées sur la période soit -13 %), notamment vers le Royaume-Uni.

Les exportations ont reculé encore davantage en juillet 2020 (-17 % /2019) malgré la réouverture progressive de la RHD en Europe.

Pour compenser, les opérateurs irlandais ont accéléré les envois vers les autres marchés tiers. Sur 7 mois, les exportations de viande bovine réfrigérée et congelée ont ainsi fortement augmenté vers les Philippines (+18 % à 13 ktéc), la Chine et Hong-Kong (+7 % à 10 ktéc), les États-Unis (x2 à 5 ktéc), le Japon (x28 à 3 ktéc) ou encore le Canada (x4 à 2 ktéc). Au total, les exportations vers les pays tiers (hors Royaume-Uni) entre janvier et juillet 2020 ont atteint 42 ktéc (+39 %).

En juillet, les importations britanniques de viande bovine réfrigérée et congelée étaient à nouveau globalement en retrait (-10 % à 18 kt de produit) après un léger mieux en juin. En cumul sur les 7 premiers mois de 2020, ces importations au Royaume-Uni étaient en baisse (-9 % à 135 kt), quand les exportations reculaient dans une moindre mesure (-5 % à 70 kt).

Réorientation des exports polonais

Après avoir durement chuté au début du confinement, les exportations polonaises ont rebondi en juin. Au total, sur le 1er semestre 2020, les envois de viande bovine polonaise réfrigérée et congelée ont été en léger recul par rapport à 2019 quand ils avaient déjà été limités par différents scandales sanitaires, à 206 ktéc (-1 % par rapport à 2019 ;-9 % vis-à-vis de 2018). Le recul a été fort vers l’Italie (-4 % à 42 ktéc) et vers l’Espagne (-15 % à 14 ktéc). A contrario, les envois ont progressé vers les Pays-Bas (+10 % à 22 ktéc), le Royaume-Uni (+25 % à 11 ktéc) et l’Allemagne (+10 % à 38 ktéc).

La consommation a résisté en Allemagne

En Allemagne, la consommation de viande bovine se porte bien. Sur 6 mois, le disponible consommable a progressé à 575 ktéc (+1 %). Il y a donc eu un report total de la consommation en RHD vers la consommation à domicile.

Les ventes de l’ensemble des viandes au détail aux ménages ont augmenté de 7 % au cours des 8 premiers mois de 2020. Parmi elles, la viande bovine a le plus progressé, en volume (+20 %) comme en valeur (+25 %). En comparaison, la consommation de viande de porc n’avait progressé que de 3 % en volume (mais de +19 % en valeur). Cependant, la découverte début septembre des premiers sangliers infectés par la fièvre porcine africaine a conduit à la fermeture des marchés chinois, japonais et sud-coréen qui valorisaient au 1er semestre 15 % de l’offre abattue en Allemagne. Le marché domestique allemand est donc fortement impacté, du moins tant que la régionalisation du statut sanitaire ne sera pas reconnue par ces pays asiatiques (elle permettrait de poursuivre les exportations depuis des Länder non touchés).

Si les mesures autour de la RHD ont été assouplies depuis mai, le chiffre d’affaires du secteur allemand de la restauration reste très en retrait (toujours -24 % en juillet).

Chute des importations en Italie et en Grèce

En Italie les importations de viande bovine réfrigérée et congelée ont chuté de 8 % à 189 ktéc sur le 1er semestre, dont 64 ktéc en provenance de Pologne.

En Grèce, la saison touristique a été très mauvaise. Le secteur de la restauration a vu plonger son chiffre d’affaires de deux tiers au 2e trimestre 2020 /2019. Sur les 7 premiers mois de 2020, les importations grecques de viande bovine réfrigérée ne se sont toutefois pas écroulées à 59 ktéc (-8 %). L’origine France a néanmoins été particulièrement affectée (-18 % à 21 ktéc). Les envois à bas prix depuis la Pologne et l’Espagne ont fortement progressé, de respectivement +8 % et +31 % d’une année sur l’autre, à 7 ktéc pour chacun.

L’Espagne a maintenu ses exportations de viande bovine réfrigérée et congelée sur les 7 premiers mois de 2020, à 117 ktéc (+15 %). Le recul de la consommation domestique de viande bovine, dont une grande part des volumes est valorisée en restauration, a permis cela malgré la baisse de la production.

D’après Tendances

Lait et Viande (Idele)

Le direct

Le direct