Quelque 450 ONG appellent à abandonner l’accord UE-Mercosur

La multiplication des atteintes à l’environnement au Brésil notamment participent au coup de frein actuel sur la ratification de cet accord par plusieurs Etats membres de l’UE.
La multiplication des atteintes à l’environnement au Brésil notamment participent au coup de frein actuel sur la ratification de cet accord par plusieurs Etats membres de l’UE.

Pour ce collectif qui réunit notamment Attac, Greenpeace, Oxfam ou encore Extinction Rebellion UK, l’accord entre l’Union européenne et l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Paraguay réunis au sein du Mercosur « appartient à une lignée d’accords commerciaux obsolètes qui datent du 20e siècle et qui ont détruit la planète ».

Après un accord conclu en 2019, le processus de ratification s’est ralenti depuis la multiplication des incendies dans l’Amazonie, la France et l’Allemagne notamment déplorant le manque d’engagement du Brésil à défendre l’environnement.

Pour débloquer la ratification de l’accord, l’UE a proposé en janvier une déclaration conjointe complémentaire sur des engagements en matière de développement durable, notamment la réduction de la déforestation de l’Amazonie.

Mais la France notamment exige « des garanties tangibles et objectivables des quatre pays concernés sur l’environnement et les normes sanitaires », et non une simple déclaration.

Le direct

Le direct