Levées des pommes de terre en cours

Plant de Fontane mis en terre il y a 36 jours et qui «pointe».
Plant de Fontane mis en terre il y a 36 jours et qui «pointe». - DR/Fiwap

Bien que l’hiver humide ait été défavorable aux doryphores (réduction de leurs populations), la multiplicité des parcelles avec des repousses de pommes de terre un peu partout va permettre aux doryphores sortis de trouver sans trop de problèmes de quoi manger.

Températures peu favorables aux levées

Les températures des dernières semaines ont été différentes et peu favorables aux levées rapides. La moyenne des températures entre le 15 avril et le 31 mai est de 9,8ºC, contre une moyenne pour les 2 années précédentes de 12,2ºC. En 2020 cette période a montré une température moyenne à Sombreffe de 12,9ºC, soit plus de 3ºC de différence.

Au sujet de Vegaplan…

Il est a noté que depuis mars dernier, le Standard Vegaplan pour la Production Primaire Végétale est confirmé « système ressemblant » avec le Standard Crops for Processin (CfP) de GLOBALG.A.P.

Tous les certifiés Vegaplan peuvent bénéficier du service gratuit de fiche parcellaire en ligne. À ce jour plus de 1.000 fiches parcellaires ont déjà été enregistrées. Le producteur dispose d’un portail sécurisé et protégé dont il définit lui-même l’accès aux éventuelles personnes tierces.

Stocks très bas de frites surgelées aux États-Unis

Les stocks nord-américains de produits surgelés se sont réduits de 350.000 tonnes en avril dernier, résultat d’une moindre activité de transformation combinée à une nette reprise de la consommation. Grâce à la progression rapide de la vaccination, le retour à la « vie normale » s’accélère, et les événements de masse (tels que la course automobile Indi 500 avec 135.000 personnes) reprennent. Durant toute la crise, l’horeca a aussi mieux tourné qu’en Europe car la pratique des plats à emporter et des livraisons à domicile est beaucoup plus répandue. Si le rythme actuel de transformation est maintenu en mai et juin, la saison se terminera avec des stocks de frites de l’ordre de seulement 26.000 tonnes, alors que la moyenne des 5 dernières années s’élève à 69.000 tonnes. Les usines s’accommodent de cette situation en laissant les prix des frites monter, ce qui réduit le commerce notamment à l’export sur des marchés concurrentiels. Tout bénéfice pour les opérateurs européens. Le rétablissement du commerce mondial de frites se poursuit, avec un total de 184.000 tonnes exportées (c’est-à-dire vers les pays tiers) par les usines européennes en mars dernier (un record), les principaux clients étant le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord.

D’après la Fiwap

Le direct

Le direct