Mercosur: une perte jusqu’à 55 millions pour le bœuf irlandais

Les conséquences d’un accord avec les pays du Mercosur  se feraient lourdement sentir sur les revenus des producteurs
Les conséquences d’un accord avec les pays du Mercosur se feraient lourdement sentir sur les revenus des producteurs

C’est que qu’évalue le gouvernement irlandais dans une récente étude d’impact.

La valeur de la production de viande bovine de l’Irlande serait réduite d’au moins 44 Mio € et pourrait même atteindre 55 Mio € par rapport à celle observée entre 2017 (2,4 Mrds €) et 2019 (2,3 Mrds €), estime l’Irlande dans son document.

Il prévoit en conséquence une baisse de 2 % des revenus des producteurs (dans une fourchette comprise entre 1,9 % et 2,3 %).

Alors que l’UE s’est engagée, en vertu de l’accord, sur un quota d’importation tarifaire à droit réduit de 99.000 tonnes de bœuf équivalent poids carcasse, l’Irlande estime selon son hypothèse supérieure (en prenant en compte dans les importations supplémentaires seulement les découpes de bœuf de haute qualité) qu’il y aura un impact significatif sur les prix obtenus pour les découpes haut de gamme qui pourraient chuter d’environ 5 % (entre -3,3 % et -7,2 %).

Le gouvernement ajoute que la production de viande bovine diminuerait de 1,5 % dans l’UE, de sorte que les revenus des producteurs sur le marché haut de gamme baisseraient de 6,3 % (entre -4,7 % et -8,6 %). Toutefois, il estime que cette baisse de la production entraînera une augmentation compensatoire du prix des morceaux de moindre qualité.

Un potentiel limité pour les produits laitiers

Concernant les produits laitiers, le potentiel global de hausse des exportations vers le marché du Mercosur est limité, assure le gouvernement.

Pour le cas de l’Irlande, les exportations bilatérales devraient même nettement diminuer de 8,1 % mais à partir d’une base très faible (dans le scénario de référence 2035, les exportations s’élèvent à 0,2 Mio €, soit 0,01 % des exportations mondiales de produits laitiers irlandais).

D’autre part, l’Irlande estime que les impacts macroéconomiques positifs de l’accord dans les autres États membres (hausse du PIB et des salaires) stimuleront la demande de produits laitiers et devraient ainsi doper les exportations irlandaises vers ces pays. Une augmentation qui devrait être suffisamment importante pour compenser la baisse des exportations vers le Mercosur et la concurrence potentielle des importations en provenance du bloc.

Enfin, considérant le Mercosur comme un marché difficile avec des barrières commerciales élevées, les parties prenantes s’attendent, indique le rapport, à ce que ce marché ne soit pas prioritaire à court terme pour les exportations de produits laitiers.

Globalement, le gouvernement irlandais estime que l’accord UE-Mercosur devrait augmenter les exportations nettes irlandaises de 1 219 Mio € en 2035, dont 21 Mio € pour les produits agroalimentaires principalement grâce à la réduction des droits de douane.