Pour le maïs grain humide, le «top départ» est donné

Pour le maïs grain humide, le «top départ» est donné

La période du 15 au 22 octobre a été caractérisée par des températures assez variables, globalement assez fraîches, accompagnées de périodes de faibles pluies sous une humidité relative élevée. Les maïs ont cependant pu accumuler durant cette période 40,7 degrés jours (dj) en base 6 ce qui, selon les tables d’Arvalis, permettrait une perte de 2,4 à 1,6 point d’humidité. Pour assurer la perte de 1 % d’humidité du grain, il faut compter 17 à 25 dj entre 40 et 30 %.

Les variétés précoces (Anovi CS, Benedictio, DKC2788, Es Perpective, KWS Iconico, KWS Johaninio, Henley, LG30258, Megusto, Micheleen, Sy Calo) sont passées de 36,7 % à 35,3 % d’humidité en moyenne de 14 sites semés avant le 30 avril. En variétés précoces toujours, deux parcelles (Ath, Sirault) semées fin avril, sont déjà passées sous les 32 % d’humidité.

Pour les variétés un peu plus tardives et plus fréquemment valorisées en grain humide (Agropolis, DKC2990, Farmueller, Farmoritz, Kinsley, RGT Attraxxion, RGT Maxxatac) la perte d’humidité a été de 1,5 %. La moyenne pour ce type de variétés est actuellement de 37,6 %.

Pour les parcelles destinées au grain humide, les variétés précoces implantées en avril peuvent être récoltées. On attendra encore quelques jours pour les demi-précoces.

La majorité des parcelles implantées avec des variétés recommandées sont indemnes de fusariose. Selon la localisation des parcelles et l’intensité du vent qui a soufflé le 20 octobre, on observe sur certaines variétés des verses et des bris de tiges qui pourraient ralentir la dessiccation des grains.

D’après le Centre Pilote Maïs,

le 26 octobre

Le direct

Le direct