La cabine, les arceaux et la ceinture protègent votre vie

Dans la cabine, la ceinture de sécurité doit toujours être bouclée. En effet, elle retient le chauffeur à son siège en cas de retournement et lui évite de tomber sur le plafond de la cabine. (© J.V.)
Dans la cabine, la ceinture de sécurité doit toujours être bouclée. En effet, elle retient le chauffeur à son siège en cas de retournement et lui évite de tomber sur le plafond de la cabine. (© J.V.)

Que le retournement soit latéral ou arrière, il met gravement la vie du chauffeur en danger. Sans protection, ce dernier risque rien de moins que l’écrasement.

C’est pourquoi tout tracteur doit obligatoirement être équipé d’une cabine ou d’arceaux de protection d’une résistance suffisance que pour ne pas céder lors de l’accident. Tous les engins mis sur le marché répondent à cette obligation dont les détails techniques figurent dans la législation européenne.

Ni cabine, ni arceau… Que faire ?

Certains tracteurs plus anciens ne possèdent cependant ni cabine, ni arceau. Doivent-ils pour autant être remisés ? À cette question, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) répond par la négative. L’institut français a, en effet, développé le logiciel gratuit SécuTrac en vue de proposer des solutions à ce manquement.

En pratique, SécuTrac intègre une méthode de conception et de dimensionnement d’un arceau arrière pouvant protéger le chauffeur contre le retournement. À partir d’éléments et de dimensions mesurées sur le tracteur à équiper et renseignées par l’utilisateur, le logiciel génère les plans de l’arceau à réaliser ainsi que les plans du système de fixation de ce dernier sur le tracteur.

SécuTrac fournit les plans nécessaires à la réalisation d’un arceau de sécurité. Il convient néanmoins de s’adresser à un professionnel pour la réalisation du dispositif. (© Inrae)
SécuTrac fournit les plans nécessaires à la réalisation d’un arceau de sécurité. Il convient néanmoins de s’adresser à un professionnel pour la réalisation du dispositif. (© Inrae)

Selon le même principe, le logiciel propose également de concevoir un toit pouvant se fixer sur l’arceau en guise de protection contre les chutes d’objets.

Les éléments de plans ou conseils donnés ont été déterminés à partir de résultats de simulations et de tests réels. La notice d’utilisation qui accompagne le logiciel donne également des recommandations quant à la réalisation même de la structure (assemblage, soudure…).

SécuTrac peut être téléchargé gratuitement, après un court questionnaire, à l’adresse https ://cutt.ly/vEysBc2.

Attention : il convient de s’adresser à un professionnel pour la réalisation du dispositif. Une structure « maison » mal conçue ou mal fixée peut ne pas remplir efficacement son rôle protecteur en cas d’accident et, pire encore, peut être une source supplémentaire de dommages corporels.

À associer avec la ceinture de sécurité

L’efficacité des cabines et autres arceaux ne peut être assurée que si les chauffeurs bouclent leur ceinture de sécurité. En effet, celle-ci les retient à leur siège et leur évite de tomber hors de la zone de protection de la structure ou sur le plafond de la cabine, avertit Preventagri dans sa brochure « Sécurité des tracteurs agricole : risques et mesures de prévention ». Les risques d’accident mortel sont ainsi très fortement réduits. Notons à ce sujet que SécuTrac intègre un guide pour l’installation d’une ceinture de sécurité pour le siège du conducteur, si le tracteur n’en possède pas.

La brochure ajoute encore que les ceintures de sécurité ne devraient pas être utilisées sur les tracteurs non équipés d’une cabine ou d’arceaux car elles empêchent le chauffeur d’effectuer une manœuvre d’évitement en cas de retournement.

Pour finir, ajoutons encore que le siège passager doit, lui aussi, être muni d’une ceinture de sécurité. Si ce n’est pas le cas et, a fortiori, si l’engin n’est pas équipé d’un second siège, aucun passager ne doit être accepté dans la cabine.

J. Vandegoor