La Keiler II déclinée en version « Classic »

Disponible dès 2020, cette nouvelle variante reprend un grand nombre d’éléments de la Keiler II. L’entraînement hydraulique et indépendant des deux chaînes de tamisage, de la chaîne effaneuse et des tapis à tétines reste de série. « Au profit de la souplesse de réglage et de la qualité finale du produit », précise le constructeur.

Le système de séparation, quant à lui, évolue et passe de quatre à deux tapis à tétines. Cette configuration, particulièrement adaptée aux sols légers ou motteux, réduit la surface de nettoyage au bénéfice de la table de visite accueillant jusqu’à 7 personnes. Les opérateurs y disposent d’un plancher à hauteur variable procurant à chacun une position de travail adaptée.

Le séparateur à quatre rangées de doigts UFK, surplombant le second tapis à tétines, facilite la tâche des trieurs en déviant du flux de produits les mottes et cailloux. Ses réglages électriques de hauteur et de régime, accessibles en tout lieu de la table de visite ou depuis la cabine, permettent d’optimiser les capacités de nettoyage de la machine.

La Keiler 2 Classic se décline également, en option, avec un séparateur à trois rouleaux remplaçant l’UFK dans les parcelles sablonneuses. Par ailleurs, la réduction du nombre d’éléments de nettoyage limitera les travaux d’entretien tout en améliorant la visibilité sur l’ensemble de la chaîne cinématique.

Trémie de 5,5 t ou 7,5 t

La Keiler II Classic hérite du système de démontage rapide des différentes têtes de récolte. « Elle passe ainsi, en moins de 10 minutes, de l’arrachage de pommes de terre à celui de panais, carottes ou au ramassage d’oignons. »

L’essieu télescopique fait partie des équipements de série. Il limite la largeur à 3 m, sur route ou lors de l’ouverture d’une parcelle, et accroît la stabilité au travail en augmentant de 50 cm la voie de l’essieu.

Ropa équipe la Keiler II Classic d’une trémie de 7,5 t ou, en option, d’une variante de 5,5 t autorisant la vidange en roulant. Elle est compatible avec la norme Isobus.

Le direct

Le direct