Accueil Volailles

Grippe aviaire: un élevage tchèque va abattre 750.000 poules

Frappé par la grippe aviaire, un élevage dans l’Ouest de la République tchèque va devoir abattre 750.000 poules, a annoncé mercredi l’Administration vétérinaire d’Etat (SVS).

Temps de lecture : 2 min

L’élevage, situé à Brod nad Tichou, fait partie de plus d’une douzaine de fermes affectées par la maladie ces dernières semaines.

« La situation est très sérieuse », ajoute la SVS dans un communiqué. « Dix nouveaux foyers ont été annoncés rien qu’en décembre en République tchèque (et) le rythme continue de s’accélérer ».

Selon l’Union tchéco-morave des éleveurs de volailles, l’élevage de Brod nad Tichou représente 15 % de la totalité des poules élevées dans ce pays membre de l’Union européenne.

L’épizootie de grippe aviaire est la « plus dévastatrice » qu’ait connue l’Europe de toute son histoire, ont estimé fin décembre les autorités sanitaires européennes, avec plus de 50 millions d’oiseaux abattus dans les seuls élevages infectés entre octobre 2021 et septembre 2022.

Quelque 2.500 foyers ont été enregistrés dans des élevages de 37 pays européens d’octobre 2021 à septembre 2022.

Les autorités sanitaires étudient les possibilités de vaccination. À l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin suffisamment efficace disposant d’une autorisation de mise sur le marché ni de réglementation européenne autorisant la vaccination.

Cinq pays européens se sont lancés dans la course au vaccin. La France et la Hongrie travaillent sur un sérum pour les palmipèdes (canards, oies), les Pays-Bas et la Belgique pour les poulets et l’Italie pour les dindes.

A lire aussi en Volailles

L’abattage de porcs chute en Belgique, tandis que les bovins se maintiennent

Animaux En 2023, les abattoirs belges n’ont pas pu maintenir leur production au niveau de l’année précédente. C’est surtout la branche porcine qui a souffert, alors que du côté des viandes bovines la situation se stabilise. On fait le point après des années difficiles dues à la crise Covid-19 et la baisse de la demande étrangère (chinoise, notamment).
Voir plus d'articles