Accueil Maïs

Les variétés de maïs ensilage confirmées… et les nouvelles venues qui guideront votre choix en Basse et Moyenne Belgique

Pas moins de 87 variétés de maïs fourrage – 39 très précoces à précoces et 48 demi-précoces à tardives – ont été mises à l’épreuve l’an dernier en Basse et Moyenne Belgique dans le cadre du réseau de base de Varmabel coordonné par le Cipf. Les résultats de cette expérimentation, avec un regard sur les années précédentes, guideront le choix variétal pour ce printemps.

Temps de lecture : 16 min

Chaque année, le Carah, le Cipf, le Cpl-Vegemar, le Lcv et Seed@bel collaborent à la réalisation du réseau de base maïs fourrage. Cela permet l’élaboration d’une synthèse annuelle reposant sur plusieurs essais bien répartis dans les différentes régions agricoles de la Basse et Moyenne Belgique.

Ledit réseau est subdivisé en deux groupes variétaux. Le premier comprend les variétés très précoces à précoces (indice Fao ≤ 230) tandis que le deuxième regroupe les variétés demi-précoces à tardives (230 < indice Fao ≤ 270).

Les variétés testées dans ce réseau sont soit les meilleures variétés déjà expérimentées les années précédentes, soit les hybrides les plus performants du réseau probatoire 2022, soit les variétés récemment inscrites au catalogue belge ou les meilleurs hybrides sur base de la première année des essais officiels 2022.

En pratique, 39 variétés ont été testées dans le réseau réservé aux variétés très précoces à précoces . Huit lieux ont été retenus pour la synthèse des résultats 2023 : Ath (Carah), Boutersem, Essen, Jodoigne et Naast (Cipf), Lendelede, Merelbeke et Ravels (Lcv). Les variétés ont été comparées par rapport à quatre témoins (Benedictio Kws, Dkc3218, Lg 31229 et Lg 31245) qui sont testés depuis plusieurs années. Les rendements moyens obtenus par essai varient de 20,6 à 25,7 t/ha avec des matières sèches comprises entre 34,3 et 38,0 %.

03-MAIS-01-web

En variétés demi-précoces à tardives (230 < indice Fao ≤ 270), 48 variétés ont été testées. La synthèse des résultats de ce réseau est basée sur huit lieux également : Ath (Carah), Bossut, Boutersem, Oosteeklo et Puurs (Cipf), Lendelede, Merelbeke et Westerlo (Lcv). Dans ce réseau, les témoins choisis étaient Ec Gisella, Lacorna, P8888 et Sy Feronia et les rendements moyens obtenus par essai varient de 20,7 à 26,5 t/ha avec des matières sèches comprises entre 34,1 et 38,0 %.

03-MAIS-02-web

Opter pour

la « juste » précocité

Ces différents essais, ainsi que les critères énoncés ci-après, aideront les agriculteurs dans leur choix variétal. Ceux-ci doivent d’ailleurs garder à l’esprit qu’il s’agit d’une étape importante résultant d’un compromis entre lesdits critères.

Le critère « précocité » est prioritaire pour le choix d’une variété. En effet, celui-ci doit être adapté à la disponibilité en somme de températures de la région et à la date de semis. L’objectif est de viser une teneur en matière sèche optimale comprise entre 32 et 36 % de matière sèche à la récolte, ce qui permet un bon compromis entre le rendement, la qualité, la conservation et l’appétence du maïs fourrage.

Les variétés très précoces à précoces atteignent généralement sans grande difficulté cette teneur optimale. La difficulté réside davantage dans le choix d’une date de récolte proche de cet optimum. Le choix de celle-ci doit être réalisé en étant fort vigilant à l’évolution de la teneur en matière sèche en fonction des conditions pédoclimatiques.

Ces dernières années ont démontré qu’avec des températures très favorables en septembre, il n’est pas rare d’atteindre des progressions de 5 % de matière sèche par semaine.

Au-delà de 38 %, divers problèmes peuvent survenir tels que des difficultés de tassement du silo, des difficultés de conservation (diminution de la teneur en sucres solubles, échauffement du front d’attaque, apparition de moisissures), une diminution de l’appétence ainsi que des difficultés de digestion de grains trop secs.

Pour éviter ou limiter des pertes au silo par écoulement des jus, il vaut mieux atteindre, au minimum, une teneur de 32 % en matière sèche. Pour les variétés demi-précoces, cela ne pose pas de problèmes en Basse et Moyenne Belgique et la teneur optimale est généralement atteinte. Par contre, pour les variétés demi-tardives à tardives, il convient d’être prudent quant au choix de la date de semis, de récolte et du choix de la parcelle (préférer des parcelles bien exposées).

Attention à la précocité des variétés choisies : il convient d’atteindre, à la récolte, une teneur en matière sèche optimale comprise entre 32 et 36 %.
Attention à la précocité des variétés choisies : il convient d’atteindre, à la récolte, une teneur en matière sèche optimale comprise entre 32 et 36 %. - TD

Les variétés très précoces à précoces conviennent pour des semis réalisés du (15) – 20 avril au 20 mai.

Des variétés précoces (200 < indice Fao ≤ 230) sont généralement conseillées pour des semis réalisés après le 1er  mai et jusqu’au 15 mai. Après cette date, on veillera à choisir des variétés très précoces (180 < indice Fao ≤ 200). Celles-ci conviendront également pour des semis réalisés après une coupe de ray-grass ou des récoltes précoces de maïs en vue de libérer rapidement la parcelle pour la culture suivante.

Pour des semis après le 20 mai, on veillera à choisir des variétés très précoces voire ultra-précoces (indice Fao ≤ 180).

Les variétés demi-précoces à tardives (230 < indice Fao ≤ 270) sont généralement semées dès le (15) – 20 avril jusqu’au 10 mai. Après cette date, le risque de récolter les variétés tardives à une maturité insuffisante peut augmenter fortement en cas d’année défavorable. En bonnes conditions, ces hybrides permettent de produire de grandes quantités de fourrage avec une valeur nutritive généralement un peu plus faible. Cependant, quelques nouvelles variétés de cette gamme permettent désormais de produire une certaine qualité.

Produire un maximum de fourrage sur la ferme

Pour une bonne gestion du risque, on choisira plusieurs variétés avec un potentiel de rendement élevé afin de produire un maximum de maïs fourrage sur l’exploitation. Aussi bien pour les variétés précoces que pour les variétés plus tardives, des écarts de rendements importants existent entre variétés. En plus d’une bonne productivité, il faut être également attentif à la régularité de rendement pluriannuelle afin de garantir un stock de fourrage suffisant.

Grâce au travail de sélection variétale, le progrès génétique en maïs fourrage est estimé à 1 % par an. Dans le choix variétal, il est donc intéressant d’intégrer quelques variétés récentes afin de valoriser ce progrès. Ces nouveautés seront réservées à 10-20 % de la surface totale de maïs fourrage.

Dans le cas où la destination finale de la culture n’est pas certaine (fourrage ou en grain), il vaut mieux orienter son choix vers des variétés dites « double fin » ou des variétés typiquement grain quitte à les récolter en fourrage. Cette option sera moins pénalisante que de récolter en grain une variété de type fourrage (risque de teneur en humidité du grain trop élevée). Le choix s’orientera alors vers des variétés offrant les meilleures garanties pour la tenue de tige, la dessiccation du grain et la verse.

Ne pas négliger la sensibilité à la verse et aux bris de tige

Le choix de variétés bien résistantes à la verse mécanique et aux bris de tiges n’est pas à négliger afin de faciliter le déroulement de la récolte, d’éviter des pertes de rendements, de limiter la teneur en cendres du silo et le nombre de cellules dans le lait. Lorsque le choix variétal s’oriente vers des variétés « double fin », ce critère est encore plus important vu que les plantes restent plus longtemps au champ.

Une bonne résistance à la verse et au bris de tige facilite la récolte. On en tiendra compte à l’heure du choix variétal.
Une bonne résistance à la verse et au bris de tige facilite la récolte. On en tiendra compte à l’heure du choix variétal. - J.V.

Vu la grande taille de certaines variétés, notamment dans la gamme tardive, il est conseillé de semer à une densité de 90.000 à 95.000 grains afin de limiter les risques de verse.

Sans oublier la tolérance à la fusariose des tiges et au charbon !

Lorsque le maïs fourrage est récolté entre 32 et 36 % de M.S, il y a généralement peu de problèmes de fusariose des tiges. Au-delà de 36 % de M.S, cette maladie peut apparaître et provoquer, sur les variétés sensibles, une augmentation rapide de la matière sèche ce qui impose de récolter sans tarder pour éviter les problèmes cités ci-dessus. De plus, cette maladie rend la plante plus sensible à la verse ainsi qu’à la perte d’épi à la récolte.

Il convient donc de rester vigilant vis-à-vis de ce critère malgré le fait que les problèmes de fusariose des tiges sont de moins en moins fréquents grâce aux progrès de la sélection.

Il est aussi important de prendre en compte la résistance au charbon dans le choix variétal. En effet, des différences de sensibilité variétale existent. Selon les années, du charbon peut être observé sur tiges et/ou sur épis.

Lorsqu’il est présent sur l’épi, le charbon est source de multiples influences négatives et touche le rendement en matière sèche, la valeur alimentaire et l’appétence du maïs fourrage.
Lorsqu’il est présent sur l’épi, le charbon est source de multiples influences négatives et touche le rendement en matière sèche, la valeur alimentaire et l’appétence du maïs fourrage. - J.V.

Lorsqu’il est présent sur les tiges seulement, le charbon est très peu dommageable pour le rendement en matière sèche et la valeur alimentaire du fourrage récolté. Par contre, en cas d’infestation importante, sa présence sur l’épi peut avoir une influence négative sur le rendement en matière sèche, la valeur alimentaire et l’appétence du maïs fourrage.

La valeur nutritive, un critère essentiel

Des critères de valeur alimentaire tels que la teneur en amidon, la digestibilité de la matière organique et la teneur énergétique (VEM) sont également importants pour favoriser une production élevée tout en limitant l’usage d’aliments concentrés. Ces différents critères sont déterminés en laboratoire par la technique de spectrométrie dans le proche infrarouge (NIRS). La digestibilité de la matière organique est calibrée sur l’équation M4 d’Aufrère. Bien que des différences variétales importantes existent, il faut également préciser que ces critères peuvent être impactés par les conditions de cultures et le pourcentage de matière sèche à la récolte.

Dans le cadre du réseau de base, les analyses de valeurs alimentaires ont été réalisées avec la collaboration du Département Valorisation des productions agricoles du Centre wallon de recherches agronomiques (Gembloux) et du laboratoire provincial du Hainaut.

Les variétés très précoces (indice Fao ≤ 200) recommandées

  Confirmations : Lg 31231, Lg 32257, Kws Curacao, Jakleen, Kws Emporio, Kws Johaninio et Lg 31206

Excellent comportement global pour les variétés Lg 31231 et Lg 32257 qui confirment de bons résultats quantitatifs et qualitatifs avec une bonne régularité de rendement en matière sèche. Grâce à une meilleure teneur en VEM, Lg 32257 procure le meilleur rendement en kVEM/ha de ce groupe de précocité. Elle confirme ainsi sa haute teneur en VEM déjà obtenue dans ce réseau en 2022.

Les variétés Kws Curacao et Jakleen montrent des rendements en matière sèche proches et d’un bon niveau. On note aussi un rendement énergétique intéressant combiné à une teneur en VEM légèrement inférieure la moyenne. Testée depuis cinq ans, Jakleen fait preuve d’une très bonne régularité de rendement en matière sèche d’une année à l’autre.

En retrait en ce qui concerne la teneur en VEM, Kws Emporio affiche un rendement en matière sèche se situant dans la moyenne des variétés testées.

Avec des rendements en matière sèche proches de la moyenne, les variétés Kws Johaninio et Lg 31206 méritent l’attention pour les bonnes valeurs alimentaires. Pour Lg 31206, on note un rendement énergétique plus élevé grâce à une teneur en VEM figurant, comme en 2022, parmi les plus élevées de ce groupe de précocité.

  Nouveautés intéressantes : Amarola, P8086, Dkc3117, Angeleen, Kws Marcopolo et Kws Chiasso

Bonne entrée dans ce réseau pour les variétés Amarola et P8086 qui obtiennent des résultats proches et d’un très bon niveau en ce qui concerne le rendement en matière sèche, avec d’excellents rendements énergétiques par hectare. De plus, elles se caractérisent par une teneur en VEM figurant parmi les meilleures de ce groupe de précocité.

Très bon comportement global pour la nouveauté Dkc3117 qui procure d’excellents rendements en matière sèche et en énergie par hectare malgré une teneur en VEM se situant dans la moyenne des variétés testées.

Malgré une teneur en VEM un peu inférieure à la moyenne, Angeleen montre un bon niveau de rendement en matière sèche combiné à un rendement énergétique d’un bon niveau.

Les variétés Kws Marcopolo et Kws Chiasso affichent des résultats de rendement en matière sèche proches de la moyenne. Le rendement en kVEM/ha est d’un bon niveau grâce à des teneurs en VEM intéressantes.

  Etat sanitaire et autres informations

Sur le plan sanitaire, toutes les variétés de ce groupe se sont bien comportées vis-à-vis du charbon sur tiges.

Pour ceux qui cherchent des variétés pour des semis plus tardifs, les hybrides Amarola, Kws Curacao, Kws Marcopolo, Kws Johaninio, Lg 31206 et Wesley donneront pleine satisfaction.

Les variétés Amarola, Lg 32257, Jakleen et Kws Emporio affichent également des résultats intéressants dans le réseau Sud du Sillon Sambre & Meuse 2023.

Les hybrides Lg 32257 et Kws Emporio peuvent également convenir comme variétés doubles fins avec de bons résultats dans le cas d’une récolte grain à sécher ou grain humide.

Les variétés précoces (200 < indice Fao ≤ 230) recommandées

  Confirmations : Lg 31245, P8255, Sy Invictus, Meluseen et Lg 31229

Lg 31245 et P8255 figurent parmi les meilleures variétés de ce groupe en ce qui concerne le rendement en matière sèche. Malgré une teneur en VEM un peu inférieure à la moyenne, elles donnent aussi d’excellents rendements en kVEM/ha. En raison de sa tardivité dans ce groupe de précocité, P8255 doit être considérée comme une variété demi-précoce.

Bon comportement global pour les variétés Sy Invictus et Meluseen testées depuis deux ans dans ce réseau. Bons rendements en matière sèche avec des rendements énergétiques proches de la moyenne et des teneurs en VEM un peu inférieures à la moyenne des variétés. Bonne régularité de rendement pour ces deux variétés.

Bien que son rendement en matière sèche soit inférieur à la moyenne, la variété Lg 31229 mérite l’attention pour sa teneur élevée en VEM combinée à un rendement énergétique d’un bon niveau. Concernant la teneur en VEM, Lg 31229 figurait déjà parmi les meilleures en 2022 dans ce réseau.

  Nouveautés intéressantes : P8153, Chelsey et Geraldeen

La nouveauté P8153 semble prometteuse en se classant première en ce qui concerne le rendement en matière sèche et en kVEM/ha. On note aussi une teneur en VEM d’un bon niveau pour cette variété.

Bonne entrée dans ce réseau pour les variétés Chelsey et Geraldeen qui présentent un bon niveau de rendement en matière sèche. Grâce à sa teneur en VEM un peu supérieure à la moyenne, Geraldeen affiche aussi un rendement énergétique d’un très bon niveau. Pour Chelsey, on note une teneur en VEM inférieure à la moyenne.

  État sanitaire et autres informations

Toutes les variétés de ce groupe se sont bien comportées vis-à-vis du charbon sur tiges.

Concernant la précocité, les variétés P8255, Rgt Axxional et Powerpack doivent être considérées comme des variétés demi-précoces en raison de leurs pourcentages de matière sèche plus faibles à la récolte.

Dans le cas d’une production de maïs grain sec, la variété Chelsey pourra donner de bons résultats grâce à une faible teneur en humidité du grain à la récolte.

La variété Meluseen confirme des résultats intéressants dans le réseau Sud du Sillon Sambre & Meuse 2023.

03-MAIS-03-web

03-MAIS-04-web

Figure 1: rendement en matière sèche en fonction de la teneur en VEM – variétés de maïs fourrage très précoces à précoces (les références variétales se rapportent au tableau 3).
Figure 1: rendement en matière sèche en fonction de la teneur en VEM – variétés de maïs fourrage très précoces à précoces (les références variétales se rapportent au tableau 3).

Les variétés demi-précoces (230 < indice Fao ≤ 250) recommandées

  Confirmations : Antigone, Kws Editio, Lg 31265, Sy Dakini et Smartboxx

Bon comportement global pour la variété Antigone qui révèle un très bon niveau de rendement en matière sèche et en kVEM/ha avec une teneur en VEM dans la moyenne des variétés testées.

Bons résultats pour les variétés Kws Editio et Lg 31265 qui manifestent des résultats très proches sur le plan du rendement matière sèche en kVEM/ha. Ces variétés confirment les résultats obtenus en réseau de base 2022, avec une bonne régularité de rendement d’une année à l’autre.

La variété Sy Dakini affiche un rendement en matière sèche se situant dans la moyenne des variétés. Par contre, grâce à une teneur en VEM la plus élevée de ce groupe de précocité, elle procure un rendement énergétique figurant parmi les meilleurs de ce groupe. Elle confirme ainsi la meilleure teneur en VEM déjà obtenue en 2022 dans ce réseau.

Confirmation d’une très bonne valeur alimentaire pour la variété Smartboxx. Son rendement en matière sèche est un peu inférieur à la moyenne des variétés.

  Nouveautés intéressantes : Lg 31271, Rgt Lanxx, Rgt Deixxel, Dkc3438, P8580 et Greystone

Très bonne entrée dans ce réseau pour les nouveautés Lg 31271, Rgt Lanxx et Rgt Deixxel qui montrent un excellent niveau de rendement en matière sèche et en kVEM/ha. La teneur en VEM de ces trois variétés est inférieure à la moyenne. Cependant, on note une teneur en VEM un peu plus élevée pour la variété Lg 31271. Ces trois variétés confirment leurs excellents résultats obtenus en réseau probatoire 2022.

Les variétés Dkc3438 et P8580 affichent de très bons résultats pour le rendement en matière sèche. P8580 se caractérise également par un très bon rendement énergétique grâce à une teneur en VEM plus élevé mais néanmoins inférieure à la moyenne de variétés testées. Pour Dkc3438, on note une teneur en VEM décevante. En raison de sa teneur en matière sèche élevée dans ce groupe de précocité, Dkc3438 doit être considérée comme une variété précoce.

La nouveauté Greystone procure un niveau de rendement en matière sèche d’un bon niveau. Son rendement en kVEM/ha est proche de la moyenne suite à une teneur en VEM inférieure à la moyenne.

  Autres informations

En matière de la précocité, les variétés DKC3438, Haiko et DKC3418 doivent être considérées comme des variétés précoces en raison de leurs pourcentages de matière sèche élevés à la récolte.

Kws Editio peut également convenir comme variétés doubles fins avec de bons résultats dans le cas d’une récolte grain humide ou épi broyé.

Les variétés demi-tardives à tardives (indice Fao > 250) recommandées

 Confirmations : Senator, P8888, Cs Kissmi, Kws Monumento, Lacorna, Dogena et Su Crumber

Confirmation pour les variétés Senator et P8888 qui affichent de très bons résultats en matière de rendements en matière sèche et en kVEM/ha. Ces deux variétés font preuve d’une bonne régularité de rendement en matière sèche d’une année à l’autre. Leurs teneurs en VEM sont un peu inférieures à la moyenne des variétés testées.

Bien qu’en retrait en ce qui concerne la teneur en VEM, Cs Kissmi et Kws Monumento révèlent un très bon niveau de rendement en matière sèche avec un rendement énergétique intéressant.

Les variétés Lacorna et Dogena expriment de très bons résultats pour le rendement en matière sèche. Bon rendement énergétique également pour ces deux variétés. Cependant, celui obtenu par la variété Lacorna est plus élevé en raison d’une teneur en VEM d’un meilleur niveau.

La variété Su Crumber obtient de bons résultats pour le rendement en matière sèche et en kVEM/ha avec une teneur en VEM parmi les meilleures de ce groupe de précocité.

  Nouveautés intéressantes : Intuition, P8677, Lg 31300 et Farmirage

Avec un très bon comportement global également, les nouveautés Intuition et P8677 semblent très prometteuses avec un excellent rendement en matière sèche et en kVEM par hectare grâce à une teneur en VEM très intéressante. De plus, Intuition possède la teneur en VEM la plus élevée de ce groupe de précocité.

La nouveauté Lg 31300 livre un très bon rendement tant en matière sèche qu’en énergie par hectare avec toutefois une teneur en VEM légèrement inférieure à la moyenne des variétés testées.

Pour ceux qui cherchent la qualité avant tout, la nouveauté Farmirage pourra convenir avec une teneur en VEM figurant parmi les meilleurs de ce groupe de précocité. Cela lui permet d’obtenir un bon rendement en kVEM/ha malgré un rendement en matière sèche légèrement inférieur à la moyenne.

  Autres informations

Pour les variétés Intuition, Senator, P8677, P8888, Cs Kissmi, Lg 31300, Aniska, Lid3620c et Rollingstone, on préférera un semis précoce à une densité de semis comprise entre 90.000 et 95.000 grains/ha afin d’assurer une maturité suffisante à la récolte.

La variété Kws Monumento confirme avec des résultats intéressants dans le réseau Sud du Sillon Sambre & Meuse 2023.

03-MAIS-05-web

03-MAIS-06-web

Figure 2: rendement en matière sèche en fonction de la teneur en VEM – variétés de maïs fourrage demi-précoces à tardives (les références variétales se rapportent au tableau 5).
Figure 2: rendement en matière sèche en fonction de la teneur en VEM – variétés de maïs fourrage demi-précoces à tardives (les références variétales se rapportent au tableau 5).

Michaël Mary et Guy Foucart

Cipf

Mathieu Bonnave et Olivier Mahieu

Carah

Maxime Hautot

Cpl-Vegemar

Gert Van de Ven et Geert Haesaert

Lcv

A lire aussi en Maïs

Voir plus d'articles