Accueil Voix de la terre

Autour de la table en tracteurs à pédales

Cette fois, la marmite agricole est en pleine ébullition ; le lait déborde, et c’est peu de le dire ! Démonstration de force et de puissance, le phénomène est à la fois spectaculaire et exaltant pour nous autres paysans, de voir tous ces tracteurs envahir les villes et former des barrages. Preuve en est faite : nous sommes là, toujours vivants, toujours debout, plus déterminés que jamais à défendre notre profession ! Nul doute que la dopamine et l’adrénaline coulent à flot dans les veines des jeunes fermières et fermiers engagés dans la lutte de leur vie, une expérience qu’elles et ils raconteront encore à leurs petits-enfants dans cinquante ans ! Euphorisés par l’effet de masse, grisés par le succès médiatique de leurs actions, ils forment -pour un temps ?- un bloc compact avec qui il faudra désormais compter…

Temps de lecture : 4 min

Les jeunes de la FJA m’impressionnent au plus haut point ! Ils ont pris leur destin en main, sans attendre le feu vert de leurs aînés de la FWA, trop attentistes, trop polis. Trop politisés ? Fait nouveau et très réjouissant, les jeunes agricultrices ont occupé le devant de la scène médiatique à parts égales avec leurs homologues masculins ! Voilà qui est inédit dans notre petit monde paysan carrément sexiste ! Elles ont débattu avec brio, intelligence et fluidité dans leurs propos, qu’elles soient issues de l’UAW, de la FJA ou de la FUGEA. Elles parlent mieux que les garçons et ne se laissent pas démonter par les contradicteurs, pour aller au bout de leurs réflexions. La lutte paysanne peut compter désormais sur ces actrices de charme, incisives et cohérentes dans leurs déclarations.

Plus attendrissante encore fut la manifestation des enfants en tracteurs à pédales, dans la région de Tournai ! De loin ma préférée !! Le caractère familial de notre agriculture wallonne fut ainsi largement démontré, mais sans doute doit-on y voir une autre métaphore : nos décideurs et profiteurs ne ratent jamais l’occasion de nous infantiliser. Ils nous voient comme de grands enfants crédules, qui s’amusent d’un rien sur leurs tracteurs et dans leurs champs, faciles à contenter, et dont l’opinion ne compte guère à leurs yeux…

Par contre il est vrai, ceux-là qui tiennent nos destins dans leurs mains ne sont pas des enfants de chœur ! En face des agriculteurs campent les forces politiques, administratives et commerciales. Nous ne remercierons jamais assez le Ciel de nous avoir fait don d’aussi brillants politiciens et administrateurs pour veiller sur notre destin et nous « défendre » : brillants, imaginatifs et très réactifs… Ils ont tout de suite trouvé LA solution aux bouillants problèmes agricoles. « On va tous se mettre autour de la table ! », claironnent fièrement ces fins tacticiens, avec l’intelligence et le discernement qui les caractérisent ! C’est sûr que ça va marcher avec de pareils génies aux commandes de notre avenir…

« Se mettre autour de la table ». J’adore cette expression passe-partout, qui évoque un lieu hautement symbolique : la table !! Autour d’une table, on se rassemble surtout pour manger, partager un repas ; pour jouer au whist, au couyon, aux échecs ou aux dames. On s’attable pour discuter, boire un verre ou une tasse de café en mangeant des galettes ou des biscuits. Une table, c’est magique ! On peut la faire tourner, invoquer les esprits. Sur la table immense de notre cuisine, j’installe mes bouquins, mon ordi, et vous écris mes bêtises, lesquelles sont inspirées -qui sait ?- par son bois de chêne pluri-centenaire qui a vu se succéder de nombreuses générations, qui a vu courir autour d’elle des dizaines d’enfants, rouler ma fille et mes fils en petit tracteur à pédales ! Notre très vieille table a supporté le poids de tonnes de victuailles, de femmes en couches… et certainement aussi celui de cercueils, car en Ardenne autrefois, les défunts mouraient et restaient chez eux jusqu'aux funérailles, exposés sur la « grande table ». Ne dit-on pas chez nous « sèy su la tâll'»(être sur la table) pour parler d’un mort en attente d’enterrement ?

De quelle nature sera donc la table proposée par nos politiciens ? Sera-t-elle ronde, pour accueillir les chevaliers de l’agriculture -Lancelot-FJA, Perceval-Fugea, Galaad-Unab, Tristan-FWA et Yseult-UAW –, face aux forces des ténèbres -Coméos, industrie agro-alimentaire, PAC, ministres belges de l’agriculture et de l’environnement, etc –, afin de réfléchir intelligemment tous ensemble pour mettre au point la meilleure tactique pour trouver le Saint Graal ? En fait de Graal, les fermiers se contenteraient d’une bonne vieille marmite en fonte pour y faire bouillir de meilleurs revenus, mais cette quête éperdue dure pour nous depuis l’éternité… Ronde ou rectangulaire, la table des négociations supportera-t-elle le poids du cercueil de l’agriculture, ou accueillera-t-elle l’accouchement d’un ordre nouveau ?

J’y verrais bien des enfants, venus avec leurs jouets agricoles… Ils ont davantage de bon sens que les adultes, lesquels sont obnubilés par l’argent, amoureux de leur image, pétrifiés dans leurs certitudes. Une table ronde autour de laquelle tourneraient de petits chevaliers-paysans en tracteurs à pédales…

A lire aussi en Voix de la terre

L’agriculture dont je rêve

Voix de la terre Début février, les agriculteurs nous ont fait part de leurs revendications et la Commission Européenne a fait un beau rétropédalage au sujet des pesticides. Pendant ce temps, on ne donne aucune perspective aux agriculteurs. L’idéal ne serait-il pas qu’ils bénéficient de revenus décents tout en ne devant pas utiliser de pesticides ? Si cela se réalisait, ils ne devraient plus mettre leur santé en danger et auraient vraiment un beau métier.
Voir plus d'articles