Accueil Elevage

Abattage sans étourdissement: Gaia attaque la Région bruxelloise en justice

Gaia intente une action en justice contre la Région bruxelloise à propos de l’abattage sans étourdissement. En parallèle, l’organisation de défense des animaux lance une campagne afin de mobiliser l’opinion publique et faire pression sur le monde politique, a-t-elle annoncé mardi.

Temps de lecture : 3 min

Le Code bruxellois du bien-être animal, qui devrait être soumis au vote du Parlement dans quelques semaines et qui entend assurer une meilleure protection aux animaux, « ne contient toujours aucune disposition visant à interdire l’abattage sans étourdissement, alors que chaque année, plus de 30.000 animaux sont encore abattus à vif à Bruxelles », soutient Gaia.

Pour l’association de défense des animaux, cette absence de disposition est inacceptable. « D’autant plus que la Cour européenne des droits de l’homme vient de rendre un avis incontestable en la matière et que plusieurs partis politiques (Ecolo, Les Engagés, MR) se prononcent catégoriquement en faveur de l’interdiction dans leurs programmes électoraux », insiste-t-elle.

Face à ce refus persistant de légiférer, Gaia, représentée par Mes Marc Uyttendaele et Victorine Nagels, a cité à comparaître la Région de Bruxelles-Capitale et a introduit une action en responsabilité à son encontre.

Cette « action vise à condamner la Région à réviser le régime de l’abattage sans étourdissement à l’aune des récents développements jurisprudentiels et de l’évolution des connaissances scientifiques », expose Marc Uyttendaele. « À défaut, Gaia réclame une astreinte de 10 euros par abattage pratiqué sans étourdissement », poursuit-il.

En parallèle, Gaia entend faire pression sur les députés à travers une nouvelle campagne qui sera lancée ce mardi dans les rues de la capitale. Plus de 5.000 boîtes à « bêh », reproduisant le bêlement des moutons, seront ainsi distribuées toute la matinée à la gare centrale « pour que chacun puisse faire entendre la voix des animaux abattus sans étourdissement ».

Des affiches seront également placardées dans la ville (notamment sur la place Poelaert, juste à côté du Palais de Justice) et les radios diffuseront des spots de sensibilisation à la cause animale.

Selon un sondage récent (février 2024) réalisé par Ipsos à la demande de Gaia, un Bruxellois sur trois (32 %) affirme qu’il voterait pour un autre parti « si le parti pour lequel il vote actuellement n’interdisait pas l’abattage sans étourdissement ». Ce sont les électeurs du MR qui se positionnent le plus fortement (39 %), suivis de près par les électeurs d’Ecolo (38 %) et des Engagés (35 %). Pour le PS et le PTB, un électeur sur quatre est prêt à changer son vote (PTB : 26 %, PS : 24 %).

Le sondage indique aussi que près de huit Bruxellois sur dix (76 %) sont favorables à une interdiction de l’abattage sans étourdissement, y compris dans le cadre de l’abattage rituel, ou n’y sont pas opposés (sans avis).

Enfin, le bien-être animal semble être une préoccupation pour la quasi-totalité des citoyens bruxellois (93 %).

A lire aussi en Elevage

La luzerne, un fourrage qualitatif à envisager dans la rotation

Elevage Riche en protéines, résistante aux conditions sèches, très bien valorisée par le cheptel… La luzerne présente de nombreux atouts. Pour en tirer le plus grand profit, il convient néanmoins de l’implanter sur des parcelles adaptées et de la faucher au moment opportun.
Voir plus d'articles