Accueil Volailles

Œufs contaminés: la Wallonie verse une aide, le Fédéral devrait suivre

Le 24 août dernier, le gouvernement wallon avait reconnu le caractère exceptionnel de la problématique des œufs contaminés au fipronil et annoncé le versement d’une subvention aux aviculteurs concernés.

Temps de lecture : 2 min

D’un montant de 15.000 €, celle-ci sera payée aux premiers éleveurs touchés par la crise en ce début de semaine.

Le ministre souligne le rôle prépondérant du helpdesk, logé au sein du Collège des Producteurs, qui a permis d’épauler les éleveurs dans la constitution de leur dossier qui est à la base de la rapide concrétisation de l’aide.

Autorisation de l’Europe nécessaire

De son côté, le gouvernement fédéral a validé, le 1er  septembre, un avant-projet de loi visant à autoriser l’octroi de compensations fédérales à des entreprises victimes du fipronil. Cette mesure est mise en place pour les aider à faire face à la perte de revenus subie suite au blocage ou à la destruction de produits.

La reconnaissance par le gouvernement fédéral de la contamination au fipronil comme un incident imprévu au sens de l’arrêté royal du 10 novembre 2005 permet également le recours à une provision spécifique de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) de 10 millions d’euros. Celle-ci permettra d’indemniser des frais matériels consentis par les opérateurs et de couvrir les dépenses exceptionnelles de l’Agence.

Les frais couverts comprennent des frais d’analyse de laboratoire, des frais de destruction des œufs et des produits non conformes, des frais de destruction des volailles contaminées décidées par l’exploitant ainsi que les frais de contrôles supplémentaires engagés par l’Afsca.

Ces décisions prises par le gouvernement fédéral seront notifiées à la Commission européenne afin d’obtenir son autorisation préalable, et ce conformément au Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

A lire aussi en Volailles

L’abattage de porcs chute en Belgique, tandis que les bovins se maintiennent

Animaux En 2023, les abattoirs belges n’ont pas pu maintenir leur production au niveau de l’année précédente. C’est surtout la branche porcine qui a souffert, alors que du côté des viandes bovines la situation se stabilise. On fait le point après des années difficiles dues à la crise Covid-19 et la baisse de la demande étrangère (chinoise, notamment).
Voir plus d'articles