Accueil Volailles

Œufs contaminés: Denis Ducarme et son homologue allemand mettent une série de propositions sur la table

Le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme, et son homologue allemand Christian Schmidt ont formulé mardi une série de propositions à l’occasion du conseil informel des ministres européens de l’Agriculture à Tallinn, la capitale estonienne.

Temps de lecture : 3 min

Les deux ministres ont notamment plaidé pour une adaptation du système d’alerte européen RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed Safety), selon la porte-parole de Denis Ducarme. Ce rendez-vous a eu lieu en préparation de la réunion de la Commission européenne du 26 septembre sur le dossier du fipronil.

La première proposition formulée concernait la mise en place en Europe d’un « monitoring général », à l’instar de ce qu’a fait la Belgique en testant la filière œufs, les ovoproduits et la viande de volaille, précise Christine Romeyns, porte-parole du ministre fédéral de l’Agriculture. Ce dernier a souligné mardi que cette avancée « est essentielle pour garantir la protection du consommateur européen ». Ils ont aussi évoqué la nécessité d’adapter le système d’alerte européen RASFF pour « garantir les échanges d’informations » et leur rapidité.

Denis Ducarme et son collègue allemand souhaitent encore que soit développée une procédure de crise, coordonnée par la Commission européenne, dans la lignée de l’initiative prise par la Belgique et l’Allemagne de déployer des officiers de liaison. Fin août, une première réunion a d’ailleurs déjà eu lieu à Bruxelles au sein de l’Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire, avec la Belgique, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas ainsi que des représentants du Royaume-Uni, du Grand-Duché et de la Commission, afin d’avancer vers « une approche harmonisée » à ce sujet.

Enfin, la proposition d’une coordination scientifique entre les différents Etats Membres, formulée par le ministre français de l’Agriculture, Stéphane Travert, a été soutenue par la Belgique.

Entretiens bilatéraux

Denis Ducarme a effectué mardi divers entretiens bilatéraux, notamment avec Vytenis Andriukaitis, le commissaire européen à la Santé et à la Sécurité alimentaire, de même qu’avec ses homologues français, allemand et néerlandais. Avec ceux-ci, le ministre de l’Agriculture a davantage abordé « des questions d’information et de communication rapides à l' échelle européenne ».

« La réunion informelle des ministres européens de l’Agriculture de Tallinn a été particulièrement productive et ouvre des perspectives de collaboration concrètes essentielles pour renforcer le système européen en matière de sécurité sanitaire et de protection du consommateur », conclut Denis Ducarme. Christian Schmidt et le ministre Ducarme ont d’ores et déjà prévu de se revoir pour préparer des propositions « concrètes et communes » en vue de la réunion du 26 septembre à Bruxelles.

« Même si le risque pour la santé publique est faible, les conséquences de cette activité criminelle ont un impact sérieux sur la confiance des consommateurs. C’est pourquoi il est primordial d’obtenir une vue d’ensemble de ce qui s’est produit (…) et de nous assurer que ce type de business est renvoyé vers la justice », a pour sa part déclaré le commissaire européen Vytenis Andriukaitis, selon un communiqué de la Commission. Il a enfin affirmé que des experts chargés « d’établir les faits » seront envoyés fins septembre/début octobre dans les quatre Etats membres les plus affectés.

(Belga)

A lire aussi en Volailles

L’abattage de porcs chute en Belgique, tandis que les bovins se maintiennent

Animaux En 2023, les abattoirs belges n’ont pas pu maintenir leur production au niveau de l’année précédente. C’est surtout la branche porcine qui a souffert, alors que du côté des viandes bovines la situation se stabilise. On fait le point après des années difficiles dues à la crise Covid-19 et la baisse de la demande étrangère (chinoise, notamment).
Voir plus d'articles