Accueil Elevage

Le Belge ne mange plus autant de steak qu’avant

Le traditionnel steak-frites n’a plus autant la cote auprès des Belges qui mangent de moins en moins de viande. Et lorsque c’est le cas, c’est souvent une entrecôte irlandaise qui atterrit dans la poêle.

Temps de lecture : 2 min

Le syndicat agricole flamand Boerenbond a annoncé jeudi que le rendement de l’agriculture était en hausse, et ce pour la première fois depuis des années.

Mais la bonne nouvelle ne vaut pas pour tous les agriculteurs. Le secteur de l’élevage viandeux, qui pâtit depuis des années, «est en perte», selon François Huyghe, conseiller économique auprès du Boerenbond.

La consommation de viande a baissé en 2016 à une moyenne de 51 kilos par personne, selon les chiffres du SPF Economie. En 2005, on parlait encore de 65 kilos. L’an dernier, la consommation de bœuf et de veau est passée pour la première fois sous la barre des 10 kilos par personne (9,93 kilos). En 2005, 13 kilos de steak ou autres parties de viande bovine étaient individuellement engloutis.

De plus, selon François Huyghe, l’impression persiste que la viande de bœuf est chère, et la concurrence est de plus en plus rude pour la Blanc-bleu-belge face à d’autres viandes bovines, comme l’entrecôte irlandaise. «Nous mangeons moins de viande mais un morceau irlandais est encore bien vendu, alors qu’il est plus cher», regrette le Boerenbond.

L’organisation agricole souligne les efforts réalisés pour positionner la viande irlandaise sur le marché, une démarche encore trop peu entamée pour la viande belge, estime-t-elle. Les scandales dans les abattoirs n’encouragent en outre pas la consommation de viande, dénonce le Boerenbond qui qualifie d’ «inadmissible» la maltraitance des animaux.

(Belga)

A lire aussi en Elevage

Pas moins de 13 races de bovins différentes représentées à l’Élevage du fond du Puits!

Bovins Se rendre à l’Élevage au fond du Puits, c’est un peu comme entreprendre un tour du monde dédié aux bovins. Pourtant, c’est bel et bien à Ottignies-Louvain-la-Neuve que Frédéric Dumont élève sa septantaine de vaches, taureaux et veaux confondus. Des animaux rares et surtout très originaux puisqu’il possède pas moins de 13 races différentes, des plus connues comme la Highland, au plus spéciales, comme la Dahomey, originaire du Bénin.
Voir plus d'articles