Une nouvelle IGP wallonne: le Saucisson d’Ardenne accède à la reconnaissance européenne!

Ce label européen protège les caractéristiques spécifiques de ces trois produits tant au niveau de leur origine géographique que de leur méthode de production.

Ces trois termes désignent le même produit, un saucisson fumé et séché fait avec de la viande de porc ou avec un mélange de viande de porc et de bœuf. Le saucisson et la pipe sont tous deux droits et allongés tandis que le collier se présenter en arc de cercle. La totalité de la fabrication, de la préparation de la mêlée au séchage, se déroule dans les Ardennes belges . Le caractère fumé du Saucisson d’Ardenne constitue sa principale spécificité. À la fin du XIXe siècle, le développement d’un élevage bovin mixte a incité les charcutiers à incorporer de la viande bovine dans le Saucisson d’Ardenne. Le type de viande reste en revanche imperceptible pour les consommateurs.

Véritable consécration

Consécration du travail des éleveurs et des artisans wallons, de même que de toutes les parties prenantes de ce dossier qui avait été déposé par la Wallonie auprès de l’Europe le 3 juin 2015. Cette nouvelle appellation consolide le panier des 11 produits wallons déjà consacrés pour leur qualité et leur spécificité.

Les dossiers de demande de reconnaissance européenne sont établis par les producteurs sur base volontaire. Cependant, les producteurs peuvent être encadrés par Agrilabel, dont les missions sont d’aider les groupements de producteurs à élaborer leur dossier de demande d’enregistrement pour l’Europe. Cette cellule a le soutien de la Wallonie. C’est également le cas de l’Apaq-w, organisme chargé de la promotion des produits wallons, qui fera une campagne de promotion pour toutes les appellations qui seront reconnues. Un accompagnement qui doit permettre de rencontrer les objectifs fixés par le ministre Collin qui vise les 25 appellations protégées d’ici 2020.

L’IGP « saucisson d’Ardenne » doit encourager davantage de produits à s’inscrire dans cette démarche. D’autres dossiers sont encore dans le circuit d’approbation auprès de l’Europe tel que l’IGP Blanc-Bleu Belge, le miel wallon ou encore l’escavèche de Chimay.

«Les avantages de la labellisation sont multiples et bénéficient à une multitude d'acteurs wallons au niveau agricole, touristique et plus généralement à l'ensemble des acteurs économiques. Un atout conséquent pour permettre à notre agriculture de se rendre plus forte et autonome. Qu'ils bénéficient ou non d'une labellisation, les produits issus de l'agriculture wallonne sont de qualité», appuie René Collin.

Le direct

Le direct