Chez Hardi, le Navigator décliné en version «i» haut de gamme

Dans sa version « i », le Navigator intègre davantage d’automatismes : AutoNozzleControl, AutoSelect, AutoWash, AutoFill et AutoAgitation.
Dans sa version « i », le Navigator intègre davantage d’automatismes : AutoNozzleControl, AutoSelect, AutoWash, AutoFill et AutoAgitation.

Appartenant au groupe français Exel Industries depuis 2007 – de même que les Français Tecnoma et Berthoud, et le Néerlandais Agrifac –, le constructeur danois de pulvérisateurs Hardi a vu le jour en 1957.

Depuis, l’entreprise s’est largement développée, notamment au gré de rachats. Outre son propre nom, elle dispose aujourd’hui des marques Evrard et Matrot (pulvérisateurs agricoles), Ilemo (pulvérisateurs pour vergers et vignobles) et Pommier (construction de rampes en aluminium). Hardi, sous ses différentes couleurs, est présent sur plus de 100 marchés ; dont le plus gros est l’Australie.

Le constructeur dispose de huit sites de production à travers le monde, tous récemment modernisés. La production des pompes et des buses de pulvérisation est entièrement internalisée. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une visite de l’usine de Nørre Alslev (sud du Danemark) que nous avons pu découvrir ses nouveautés en matière de pulvérisateurs porté et traîné.

Mega M, pour les tracteurs de taille moyenne

Le pulvérisateur porté Mega, dans sa version M, a été conçu pour les exploitations disposant de tracteurs de taille moyenne ou devant traiter des parcelles de petite taille ou vallonnées. Il se décline en quatre capacités de cuve (1.200, 1.500, 1.800 et 2.200 l).

Tous les Mega sont équipés de la plateforme électronique Hardi SmartCom, facilitant la liaison Isobus entre le tracteur et l’outil. En cabine, les réglages s’effectuent depuis le terminal Isobus. Un joystick, pour les fonctions de pulvérisations principales, de même qu’un boîtier additionnel (appelé SetBox), pour les fonctions secondaires, sont également installés. Le système SmartCom permet en outre une modulation intra-parcellaire de la pulvérisation.

Le Mega M a été conçu pour les exploitations disposant d’un tracteur de taille moyenne.  Il peut être équipé de rampe de 15 à 28 m de largeur de travail.
Le Mega M a été conçu pour les exploitations disposant d’un tracteur de taille moyenne. Il peut être équipé de rampe de 15 à 28 m de largeur de travail.

Cette version M bénéficie d’une nouvelle zone de travail, sur son côté gauche. Elle abrite toutes les fonctions principales nécessaires au fonctionnement du pulvérisateur lors du remplissage ou du nettoyage. L’incorporateur TuboFiller a été dessiné de manière à accélérer l’incorporation des produits phytosanitaires. Une cuve de rinçage de 170 l est également intégrée au pulvérisateur.

Le Mega est équipé, de série, du filtre d’aspiration EasyClean et du filtre autonettoyant CycloneFilter. Hérités des modèles traînés, ils permettraient d’accroître les capacités de mélange et de pulvérisation de ce porté. Le système de régulation DF4 fait, lui aussi, partie des équipements standards.

Côté rampe, le mât de relevage suspendu permet une plage de réglage de 1,60 m. Les rampes en acier, à repliage vertical, affiche une largeur de travail de 15 à 28 m. Un dispositif anti-fouettement est intégré à la rampe afin de minimiser tout mouvement de celle-ci.

Le Navigator en version « i », comme intelligente

Le modèle traîné Navigator se décline, quant à lui, en une version « i », haut de gamme, disposant de nombreuses mises à jour. Premièrement, il bénéficie de la plateforme SmartCom, à l’image du Mega M (lire ci-dessus). Outre la modulation de dose par section, il dispose du système AutoNozzleControl contrôlant la pulvérisation buse par buse. Selon le constructeur, avec des sections de pulvérisation d’une largeur aussi petite que 50 cm (soit l’espace entre deux buses), il est possible de réduire l’application de produits phytosanitaires de 10 %.

D’autres systèmes automatiques sont également présents, pour une utilisation plus aisée et plus précise du pulvérisateur. Le Navigator « i » est ainsi doté du système AutoSelect permettant au chauffeur de passer facilement d’une buse à l’autre ou d’utiliser les deux simultanément (une en bout de champ, l’autre au sein du champ, par exemple), si le débit de pulvérisation l’exige. Le but : utiliser la buse la plus adaptée aux conditions rencontrées, sans temps d’arrêt. En outre, un mode automatique permet de répondre à une pression donnée ou une vitesse de travail prédéfinie par le chauffeur.

Parmi les équipements, on retrouve également la gestion automatique de rinçage et de nettoyage de l’appareil AutoWash (trois programmes). À cela s’ajoutent encore les fonctions AutoFill (arrêt automatique de remplissage) et AutoAgitation (réglage de l’intensité de l’agitation en fonction du volume, sans création de mousse).

Le Navigator existe en quatre capacités de cuve (3.000, 4.000, 5.000 et 6.000 l) et peut être équipé de rampes de 18 à 39 m.

J.V.

Relancer Hardi sur le marché belge

J.V.

Pour reconquérir le marché belge,  Jean-Hughes Henrot et ses équipes  mettront particulièrement l’accent  sur le système Twin
Pour reconquérir le marché belge, Jean-Hughes Henrot et ses équipes mettront particulièrement l’accent sur le système Twin - J.V.

Numéro 1 des ventes de pulvérisateurs à l’échelle mondiale, Hardi l’a également été sur le marché belge, notamment grâce à son Distritech. C’est en effet depuis le 1er  décembre 1985 que les deux partenaires travaillent ensemble.

Suite à la concurrence accrue sur le marché de la pulvérisation et à l’un ou l’autre aléa commercial, les ventes ont depuis chuté. Aujourd’hui, Hardi n’occupe plus cette place de leader dans notre pays… « Hardi et nous-mêmes souhaitons réattaquer le marché belge en force », assure Jean-Hughes Henrot, directeur commercial de l’importateur.

« Des prix attractifs »

Pour y parvenir, une stratégie commune a été élaborée par le constructeur et son importateur belge. « Nous voulons présenter des prix attractifs aux agriculteurs et entrepreneurs qui souhaiteraient investir dans du nouveau matériel de pulvérisation. Pour ce faire, Distritech et Hardi ont décidé de réduire leur marge et ce, sans toucher à celle des concessionnaires. »

En outre, un réseau de 6 à 8 ambassadeurs sera mis en place dans notre pays, afin de représenter les couleurs Hardi sur l’ensemble du territoire national.

« Nous mettrons plus particulièrement l’accent sur le système Twin, car nous pensons qu’il s’agit de la solution la plus adéquate – économiquement et environnementalement – pour répondre aux contraintes qui pèsent actuellement sur les produits de protection des plantes et les techniques de pulvérisation. »

J.V.

Le direct

Le direct