Grippe aviaire : levée du confinement pour les oiseaux d’amateurs et coureurs

Grippe aviaire : levée du confinement pour les oiseaux d’amateurs et coureurs

Pour rappel, en février, la Belgique a connu trois contaminations par la grippe aviaire du type H5N8. La première a été identifiée chez un détenteur amateur d’oiseaux d’ornement à Lebbeke et deux autres concernaient des oiseaux sauvages (à Oud-Heverlee et à Huldenberg). Le dernier cas date d’il y a trois semaines. La situation devient également plus favorable dans les pays voisins.

Cette évolution indique que le virus de la grippe aviaire circule moins chez les oiseaux sauvages. De ce fait, le risque de contamination des oiseaux captifs a suffisamment diminué pour pouvoir lever la plupart des mesures préventives chez les amateurs.

Qu’est-ce qui change pour les amateurs ?

Les amateurs ne doivent plus confiner leurs volailles et oiseaux. Cependant, vu que le risque de grippe aviaire n’est pas encore totalement exclu, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) conseille fortement cette mesure de protection, en particulier à proximité des plans d’eau où le risque de contamination par les oiseaux sauvages est plus important. Les amateurs sont toujours obligés de nourrir et d’abreuver leurs animaux à l’intérieur ou sous filets.

Les rassemblements d’oiseaux et de volailles (expositions, concours, ventes, bourses…), y compris les vols d’entraînement et de concours de pigeons, sont à nouveau autorisés moyennant les conditions habituelles : autorisation du bourgmestre, contrôle par un vétérinaire, liste des participants.

De plus, les amateurs sont à nouveau autorisés sur les marchés publics. Comme toujours, les oiseaux doivent avoir été confinés dans les 10 jours qui précèdent la tenue du marché.

La chasse avec les rapaces reste interdite. Lors de ce type d’activité, le risque de contamination par les oiseaux sauvages est encore jugé trop élevé.

Et pour les professionnels ?

Étant donné qu’ils détiennent de beaucoup plus grandes quantités de volailles, le confinement est maintenu chez les détenteurs professionnels. Une exception est faite pour les oiseaux coureurs (autruches, nandous, émeus…). Bien que le confinement reste toujours conseillé, les oiseaux coureurs peuvent à nouveau sortir en libre parcours, étant entendu que, comme chez les amateurs, ils doivent être nourris et abreuvés à l’intérieur ou sous filet.

L’Afsca évalue quotidiennement la situation en Belgique et dans les pays voisins. En conséquence, si la situation favorable actuelle se maintient, une levée totale des mesures de confinement pourrait être envisagée avant le 10 avril.

« À ce stade, l’évaluation de risque menée par nos services et nos experts ne permet pas encore de lever le confinement du secteur professionnel, mon objectif étant de protéger globalement la santé animale au sein de nos élevages en Belgique. Je suis conscient des difficultés que cette situation engendre et j’encourage les éleveurs professionnels de volailles à continuer à appliquer strictement les mesures préconisées car le danger n’est pas – encore – totalement derrière nous », précise le ministre fédéral de l’agriculture, Willy Borsus.

Le direct

Le direct