Empêcher la dispersion du virus influenza A de type H3 dans les exploitations avicoles du pays

En Flandre, le nombre de poules bio a augmenté  de pas moins de 16 % entre 2017 et 2018.
En Flandre, le nombre de poules bio a augmenté de pas moins de 16 % entre 2017 et 2018. - J.V.

Celui-ci décrit les mesures à prendre dans les exploitations avicoles sur l’ensemble du territoire belge afin de renforcer les mesures de biosécurité et endiguer la propagation du virus de l’influenza de type H3 qui sévit actuellement.

Ce virus, qui a été détecté dans plusieurs exploitations professionnelles de volailles, est associé à une forte hausse de la mortalité et de la morbidité. Il est faiblement pathogène pour la volaille et n’est pas pathogène pour l’Homme mais son introduction dans les exploitations de volailles, et lorsqu’il est associé à certains autres pathogènes, peut engendrer des pertes économiques très importantes, ce qui a également été observé dans plusieurs exploitations.

Que faire ?

Les mesures décrites par cet arrêté ministériel d’urgence sont les suivantes.

Premièrement, les critères pour envoyer des échantillons dans le cadre de la vigilance accrue pour l’influenza aviaire et la maladie de Newcastle doivent être interprétés plus strictement, à savoir au niveau de l’étable individuelle et non pas au niveau de l’exploitation globale. Ces critères sont les suivants :

– une réduction de la consommation normale d’eau et de nourriture de plus de 20 % ;

– un taux de mortalité de plus de 3 % par semaine ;

– une chute de ponte de plus de 5 % pendant plus de deux jours ;

– signes cliniques ou lésions post-mortem révélateurs de l’influenza aviaire.

Dans les exploitations avicoles commerciales, tout véhicule entrant dans une exploitation de volailles doit être nettoyé et désinfecté avant son entrée et lors de sa sortie de l’exploitation. Le nettoyage et la désinfection doivent être effectués au moyen d’un biocide autorisé et actif contre le virus de l’influenza aviaire. Le chargement de volailles de différentes provenances dans un même véhicule et le déchargement de volailles d’un même véhicule vers plusieurs exploitations sont interdits.

L’accès à un poulailler ou un couvoir est interdit à toute personne n’appartenant pas à l’exploitation. Le responsable prend toutes les mesures nécessaires à cet effet. Cette interdiction n’est pas d’application pour le personnel nécessaire à la gestion de l’exploitation, le vétérinaire d’exploitation ou un autre vétérinaire agréé appelé par le responsable, le personnel de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire et les personnes qui travaillent sous ses ordres, et le personnel d’autres autorités compétentes et les personnes qui travaillent sous ses ordres.

Ces personnes et les personnes appartenant à l’exploitation sont tenues de mettre des bottes et des vêtements ou survêtements de l’exploitation avant d’entrer dans le poulailler ou le couvoir et de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’éviter toute dispersion du virus de l’influenza de type H3.

Enfin, le fumier, le lisier et la litière provenant de poulaillers où le virus de l’influenza de type H3 est présent doivent être désinfectés avec un biocide autorisé et actif contre le virus de l’influenza aviaire avant d’être transformés ou traités.

Le direct

Le direct