Le prix moyen/ha d’un terrain agricole était de 26.000 euros en 2018

Le prix moyen/ha d’un terrain agricole était de 26.000 euros en 2018
DJ

Cette moyenne se base sur les 1.382 ventes qui ont été notifiées à l’Observatoire en 2018, lesquelles couvraient un total de 3.596 hectares.

Derrière cette moyenne régionale se cachent d’importantes disparités entre sous-régions. Le prix moyen varie en effet de 9.772 euros l’hectare en Haute Ardenne (moyenne calculée sur 54 ventes représentant 86 ha) à plus de 34.000 euros/ha en zone limoneuse (599 ventes totalisant 1.385 ha). En Famenne, l’hectare de terre agricole a changé de main l’an dernier en moyenne pour plus de 16.000 euros (100 ventes, 309 ha) et pour plus de 24.000 euros dans le Condroz (164 ventes, 655 ha).

Ce deuxième rapport, qui se fonde sur davantage de notifications faites par les notaires que la première édition, constate encore que 89% des acquéreurs de terrains non bâtis situés entièrement en zone agricole étaient des personnes physiques. Les agriculteurs constituaient 52% des acheteurs.

En tenant compte des ventes de parcelles cadastrales bâties et non bâties situées totalement ou partiellement en zone agricole au plan de secteur, c’est un total de 3.455 ventes qui ont été notifiées l’an dernier, soit 7.059 hectares, pour un montant global de 465.608.331 euros.

L’Observatoire du foncier agricole, qui est un outil de collecte d’informations concernant la vente des biens immobiliers agricoles, a été mis en place le 1er janvier 2017 en collaboration avec la Fédération des notaires. Il vise à objectiver la réalité des prix de terres agricoles en Wallonie et à aider à la décision publique dans un contexte de raréfaction des terres, de spéculation de certains acteurs étrangers au monde agricole et/ou étrangers tout court, et d’un accès de plus en plus ardu des jeunes agriculteurs à la terre. «Ce rapport constitue une nouvelle photographie du foncier agricole wallon. Au-delà des résultats, l’existence de l’outil et la répétition de l’exercice sur plusieurs années permettront d’orienter de manière rationnelle la stratégie foncière de la Région pour accompagner l’avenir de notre agriculture», estime René Collin, ministre wallon sortant de l’Agriculture.

Le direct

Le direct