Collapsus «post-barnum»

Collapsus «post-barnum»

Voilà qui évoque pour nous une image très forte, avec cette énorme masse de chair boursouflée qui pend au derrière de la vache chancelante au regard vitreux ! Pour la remettre convenablement, le vétérinaire doit avoir un certain tour de main, où force physique et dextérité se conjuguent pour repousser ce magma sanguinolent à l’intérieur sans rien abîmer. Dans les cas les plus compliqués, il faut même attacher les pattes arrières et les lever écartées à l’aide d’un chargeur frontal, afin de placer la vache dans une position plus « réceptive ». Le pauvre animal, le vétérinaire...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct