Grippe aviaire: «Les tergiversations du fédéral ont sapé la solidarité dans le secteur de la volaille»

Pour Stefaan Verhelle, il fallait régler le problème beaucoup plus vite. «Si le virus avait été hautement pathogène, cela aurait été une toute autre histoire. Il y aurait eu une compensation suffisante.»
Pour Stefaan Verhelle, il fallait régler le problème beaucoup plus vite. «Si le virus avait été hautement pathogène, cela aurait été une toute autre histoire. Il y aurait eu une compensation suffisante.» - LV

Stefaan Verhelle et son épouse Hermine Steenhuyse sont des aviculteurs dans l’âme. Et pourtant, sans son amour pour Hermine, Stefaan aurait probablement travaillé dans un autre secteur et dans une autre fonction. « Je suis le fils d’un fermier », explique l’aviculteur. « Mes parents avaient une ferme mixte à Pittem avec du bétail, des cochons, des poulets de chair et des cultures légumières. » S’il s’est intéressé davantage aux légumes fins, comme la mâche et le persil, il a préféré se diriger dans le secteur avicole....

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct