Des millions de fleurs sont détruites chaque jour aux Pays-Bas!

En raison de la pandémie, le plus grand marché aux fleurs du monde se transforme chaque jour en cimetière géant.
En raison de la pandémie, le plus grand marché aux fleurs du monde se transforme chaque jour en cimetière géant.

D’énormes tas de tulipes, roses, chrysanthèmes et autres plantes s’alignent depuis une semaine dans le plus grand marché aux fleurs du monde, obligé de se débarrasser d’une majorité de sa production face à une montagne d’invendus. Une situation inédite causée par la pandémie causant le Covid-19 qui a fait chuter la demande.

« La seule solution est de les détruire », regrette Michel van Schie, porte-parole de la coopérative Royal FloraHolland, le géant néerlandais de l’horticulture. « Le marché aux fleurs aux Pays-Bas existe déjà depuis plus de 100 ans, et c’est la première fois que nous sommes confrontés à une telle crise », a-t-il déclaré à l’Agence France Presse.

Royal FloraHolland estime que « 70 à 80% de la production totale (de fleurs) sont en train d’être détruits » aux Pays-Bas, les producteurs néerlandais recourant à la même solution dans leurs propres pépinières.

La fermeture des marchés et commerces, ainsi que le confinement de la population ordonné dans plusieurs pays d’Europe, entraînent des conséquences « dramatiques » pour le secteur horticole néerlandais, déplore Prisca Kleijn, directrice de l’Association royale des producteurs de bulbes.

Le direct

Le direct