Accueil Economie

L’intense demande chinoise pèse sur les stocks mondiaux de céréales

L’Usda note que la forte demande chinoise de céréales devrait entraîner une contraction des stocks mondiaux de blé et de maïs en 2020-21.

Temps de lecture : 2 min

La forte demande chinoise de céréales devrait entraîner une contraction des stocks mondiaux de blé et de maïs en 2020-21, a estimé il y a peu le ministère américain de l’Agriculture (Usda).

Le stock mondial de blé à l’issue de la campagne est ainsi révisé à la baisse de 4 millions de tonnes à 316,5 Mt, une correction imputable essentiellement à la consommation de la Chine, revue à la hausse de 3 Mt, pour l’alimentation du bétail (24 Mt).

La production européenne est, elle, légèrement revue en baisse, tout comme les stocks de l’UE.

À l’inverse sont revues à la hausse les productions de blé russe (+500.000 t, à 84 Mt) et surtout australien (+1,5 Mt, à 30 Mt). Même révision à la hausse de la projection de consommation chinoise concernant le maïs, dont les importations sont revues à la hausse de 3,5 Mt à 16,50 Mt.

Les stocks mondiaux sont revus à la baisse de près de 2,5 Mt, à 289 Mt. Parmi les grands exportateurs de maïs, c’est le statu quo du côté de la production des États-Unis.

En revanche, la production argentine, touchée par la sécheresse, a été revue à la baisse (-1 Mt, à 49 Mt), une évolution compensée par l’Ukraine, qui remonte d’autant à 29,5 Mt.

A lire aussi en Economie

Fevia appelle à renforcer la chaîne alimentaire belge

Agrofourniture Un an après le lancement de la roadmap de développement durable de l’industrie alimentaire belge, la Fédération de l’industrie alimentaire belge (Fevia) fait le bilan d’une année difficile pour le secteur. Les crises à répétition ont épuisé les réserves de nombreuses entreprises alimentaires. Une nouvelle enquête menée auprès de ses membres montre que ceux-ci craignent aujourd’hui le prix de l’énergie toujours très élevé et l’indexation record des salaires qui arrivent.
Voir plus d'articles