L’intense demande chinoise pèse sur les stocks mondiaux de céréales

La consommation de blé par la Chine est revue à la hausse de 3 millions de tonnes pour l’alimentation du bétail.
La consommation de blé par la Chine est revue à la hausse de 3 millions de tonnes pour l’alimentation du bétail. - M. de N.

La forte demande chinoise de céréales devrait entraîner une contraction des stocks mondiaux de blé et de maïs en 2020-21, a estimé il y a peu le ministère américain de l’Agriculture (Usda).

Le stock mondial de blé à l’issue de la campagne est ainsi révisé à la baisse de 4 millions de tonnes à 316,5 Mt, une correction imputable essentiellement à la consommation de la Chine, revue à la hausse de 3 Mt, pour l’alimentation du bétail (24 Mt).

La production européenne est, elle, légèrement revue en baisse, tout comme les stocks de l’UE.

À l’inverse sont revues à la hausse les productions de blé russe (+500.000 t, à 84 Mt) et surtout australien (+1,5 Mt, à 30 Mt). Même révision à la hausse de la projection de consommation chinoise concernant le maïs, dont les importations sont revues à la hausse de 3,5 Mt à 16,50 Mt.

Les stocks mondiaux sont revus à la baisse de près de 2,5 Mt, à 289 Mt. Parmi les grands exportateurs de maïs, c’est le statu quo du côté de la production des États-Unis.

En revanche, la production argentine, touchée par la sécheresse, a été revue à la baisse (-1 Mt, à 49 Mt), une évolution compensée par l’Ukraine, qui remonte d’autant à 29,5 Mt.

Le direct

Le direct