Je panse, donc j’agis

Je panse, donc j’agis

Cette semaine, le hasard m’a joué un bon tour, du genre clin d’œil à la fois ironique et tragique. Une missive de la Croix-Rouge s’était glissée dans le Sillon, en page 21, en haut de laquelle un titre sautait aux yeux : «  Matières premières : les cours fléchissent sous le poids de l’offre ».Laissant la lettre de côté, j’ai parcouru rapidement l’article, puis j’ai repris ma lecture en page 2, où le « Céréales Killer » de Manou de Warneton disait tout le désarroi et la désillusion des céréaliers belges, pris en otage...

Cet article est réservé aux abonnés

Lire la suite de cet article ? Enregistrez-vous gratuitement et lisez 3 articles supplémentaires

Enregistrez-vous pour lire plus d'articles gratuitement
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose déjà d'un compte
Je me connecte
Je suis abonné au journal
mais n'ai pas encore activé mon compte en ligne
Je m'inscris

Le direct

Le direct