3,55 millions pour la recherche, de la fourche à la fourchette

Au total, vingt projets en matière de sécurité alimentaire et de politique sanitaire  des animaux et des végétaux ont été sélectionnés.
Au total, vingt projets en matière de sécurité alimentaire et de politique sanitaire des animaux et des végétaux ont été sélectionnés.

Les arrêtés ministériels relatifs à ces subventions permettent, premièrement, d’allouer 675.000 € à six projets dédiés à la santé végétale. Il s’agit, ici, surtout de projets de recherche sur les organismes et virus invasifs et les conséquences possibles pour, notamment, la culture et la santé des forêts.

Huit projets centrés sur la santé animale se répartissent 1.738.000 €. Dans ces projets, la recherche porte notamment sur l’utilisation d’antibiotiques et la résistance bactérienne et sur les salmonelles dans les élevages. Quelques projets se penchent également sur la présence de (corona)virus et leurs éventuelles conséquences pour les animaux de ferme.

Enfin, 1.144.000 € sont prévus pour six projets liés à la sécurité alimentaire. Ceux-ci se concentrent principalement sur la recherche à propos de l’utilisation de certains matériaux de contact, des composants spécifiques, les pesticides et leur éventuel impact sur la sécurité alimentaire.

« La protection de la chaîne alimentaire va plus loin que, par exemple, réaliser des contrôles. La recherche scientifique y joue aussi un rôle essentiel. Une connaissance approfondie de tous les aspects de la chaîne alimentaire est extrêmement importante », explique le ministre fédéral de l’Agriculture, David Clarinval, à l’heure où ces subsides sont répartis.