De nombreux ministres de l’UE appuient la taxe carbone aux frontières

Un mécanisme « juste », pénalisant les produits issus de pays aux normes climatiques moins strictes, sera nécessaire aux frontières de l’Union européenne pour lutter contre le réchauffement de la planète, plaident 20 ministres européens dans une tribune publiée le 23 mars sur le site web américain Politico.

La Commission européenne présentera son projet de mécanisme d’ajustement carbone à la frontière, le 21 juin, a indiqué le même jour le commissaire à l’Économie, Paolo Gentiloni, lors d’une conférence sur le sujet organisée par le gouvernement français. « Ce mécanisme, qui sera ensuite soumis aux États membres, soutiendra l’ambition climatique de l’Europe », a-t-il ajouté. Le mécanisme ne devrait pas concerner les produits agricoles, ou indirectement par la taxation des engrais.

L’architecture n’est pas arrêtée mais pourrait s’approcher du système d’échange de quotas d’émissions (ETS ou Emissions Trading System) de l’UE, a-t-il indiqué, assurant que « l’Europe veut construire une solution en coopération avec ses partenaires commerciaux, dans le plein respect de ses engagements internationaux », notamment dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce.

Ce système est nécessaire pour « lutter contre les fuites de carbone », plaident dans leur tribune les ministres de l’Espagne, France, Autriche, Danemark, République Tchèque, des Pays-Bas ou Lituanie.