Repousses de pommes de terre: la lutte est obligatoire

L’Arrêté ministériel IPM publié le 30 mars 2021 relatif à la lutte intégrée contre les ennemis des cultures rend obligatoire la destruction des repousses sur tas.
L’Arrêté ministériel IPM publié le 30 mars 2021 relatif à la lutte intégrée contre les ennemis des cultures rend obligatoire la destruction des repousses sur tas. - Fiwap

On en voit sur les tas d’écarts de triages, de terres de déterrages mais également dans les parcelles d’autres cultures. Soyez-y attentifs ! Tous les ans c’est dans ces endroits (et dans les jardins) que l’on repère les premières tâches de mildiou, signes du début des traitements fongicides. Une bonne gestion de ces repousses diminuera donc le nombre de traitements. À vous de faire le calcul financier entre les coûts de destruction des repousses sur les tas (par bâchage, chaulage, herbicide) et ne fût-ce qu’un ou 2 traitements fongicides supplémentaires dans vos parcelles de pommes de terre…

L’Arrêté ministériel IPM publié le 30 mars 2021 relatif à la lutte intégrée contre les ennemis des cultures rend obligatoire la destruction des repousses sur tas. Il stipule (entre autres choses) :

– « 1.2.2. Pommes de terre : Afin de lutter contre les foyers primaires de mildiou, détruire les repousses sur les tas d’écarts de triage et de terre de déterrage » : ce sujet est classé avec un niveau d’obligation 1 : mesure à appliquer obligatoirement pour les cultures concernées ;

– «1.2.4. Pommes de terre : lutter contre les repousses de pommes de terre durant toute la rotation » classé au niveau d’obligation 3 : action conseillée (non obligatoire donc) ;

Mais aussi : « 1.4.2.1 Pommes de terre : lutter contre le ruissellement sur parcelles R10 et >R10 notamment en cloisonnant les inter-buttes » : classé au niveau d’obligation 2 : 70 % des mesures notées « 2 » doivent être appliquées au niveau de l’exploitation.

D’après la Fiwap

Le direct

Le direct