Libre-échange commercial: la France défend les «clauses miroirs»

Libre-échange commercial: la France défend les «clauses miroirs»

La présidence française de l’Union européenne doit porter fièrement la question des clauses miroirs », a déclaré mardi le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie. « C’est pour moi une sortie d’une dépendance vis-à-vis de ces systèmes de production qui ne respectent pas nos standards », a-t-il ajouté en ouverture du « Grand Rendez-vous de la souveraineté alimentaire » organisé en visioconférence par le Conseil de l’Agriculture française (CAF).

Alors que le rang de la France a reculé dans le commerce international de produits agricoles et alimentaires, les organisateurs de ce colloque ont souhaité interpeller les responsables politiques dont ils attendent un « sursaut ». « Cette dépendance aux importations crée une deuxième dépendance qui est encore plus dangereuse. C’est en fait une dépendance à des systèmes de production qui ne respectent pas aujourd’hui nos propres standards », a dit M. Denormandie.

Il a également souhaité au niveau européen ne pas créer de « distorsions de concurrence ». Il a cité le cas de la betterave à sucre touchée dans l’Hexagone par une maladie de la jaunisse après l’interdiction par la France des néonicotinoïdes, une famille d’insecticides controversés car « tueurs d’abeilles », réautorisés depuis cette année de manière encadrée.

Belga

Le direct

Le direct