La Commission avance vers la suppression progressive des cages pour les animaux d'élevage

La Commission avance vers la suppression progressive des cages pour les animaux d'élevage

«Les animaux sont des êtres sensibles et nous avons une responsabilité morale et sociétale de veiller à ce que les conditions d'élevage en tiennent compte», a commenté la commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides.

Pour son collègue de l'Agriculture Janusz Wojciechowski, «un système alimentaire durable ne peut exister sans normes élevées en matière de bien-être animal». La proposition concernera en particulier les animaux déjà couverts par la législation (les poules pondeuses, les truies et les veaux) mais aussi les autres animaux mentionnés dans l'initiative citoyenne européenne: lapins, poulettes, poules pondeuses reproductrices, poulets de chair reproducteurs, cailles, canards et oies. Pour ces animaux, la Commission a déjà demandé à l'EFSA (l'Autorité européenne de sécurité des aliments) de compléter les données scientifiques existantes afin de déterminer les conditions nécessaires à l'interdiction des cages.

Pour soutenir les éleveurs dans cette évolution, des moyens seront prévus dans la nouvelle politique agricole commune (PAC). Par ailleurs, les États membres peuvent recourir au fonds pour une transition juste et à la facilité pour la reprise et la résilience afin d'aider les agriculteurs à s'adapter aux systèmes sans cages. La Commission mènera en 2022 une consultation publique et une analyse d'impact.

L'initiative «End the Cage Age» a connu un grand succès populaire: en un an, ses organisateurs (Compassion in World Farming, une ONG internationale pour un élevage durable), soutenus par 170 ONG européennes, ont recueilli 1,4 million de signatures dans tous les États membres de l'UE. Il y a trois semaines, le Parlement européen s'était lui aussi prononcé en faveur d'une suppression progressive de l'élevage en cage des animaux d'ici 2027.

(Belga)

Le direct

Le direct