En culture de poireaux, restons vigilants!

Les parcelles sont généralement assez saines en ce début août. La surveillance  s'impose quant aux arrivées de la mineuse des Alliacées  et des premiers signes de rouille et de mildiou.
Les parcelles sont généralement assez saines en ce début août. La surveillance s'impose quant aux arrivées de la mineuse des Alliacées et des premiers signes de rouille et de mildiou.

Ces quatre dernières années, et même les années précédentes, nous avaient habitués à observer les vols de mouche mineuse des Alliacées (Napomyza gymnostoma) fin août ou début septembre. Ses larves creusent les feuilles et descendent dans le fût du poireau, causant de très importants dégâts.

Mais le cycle de la mineuse s’adapte aux températures et non aux dates du calendrier. Ainsi, les services des Chambres d’agriculture, la Fredon, le Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes (CTIFL) et leurs collaborateurs signalent dans le bulletin de santé du végétal du 5 août déjà la présence de piqûres de nutrition dans le Pas-de-Calais et dans le Nord (France).

Petit retour sur la biologie de la mineuse

Lors de la conférence sur les moyens alternatifs de production tenue à Lille en mars 2017, L. Durlin, S. Picault, S. Pollet et S. Oste de la Fredon, du CTIFL et d’Inagro ont présenté une étude consacrée à la mineuse des Alliacées. L’Ilvo, le PCG, Inagro et le PSKW étudient le cycle et les moyens d’identification de l’espèce.

Les dégâts sur les fûts de poireaux peuvent être considérables.
Les dégâts sur les fûts de poireaux peuvent être considérables.

Nous constatons chez nous deux vols importants par an. Celui du printemps concerne surtout les oignons, les échalotes, les pépinières de poireaux et autres Alliacées. Celui d’automne impacte surtout les cultures de poireaux.

Des auxiliaires, notamment des micro-hyménoptères parasites, peuvent agir sur les adultes mais difficilement sur les larves. Sur le terrain, la proportion de plantes atteintes peut être de 100 %. Des maraîchers ont abandonné leur production devant les difficultés de mettre en œuvre des solutions.

Les températures proches de 15ºC et une humidité importante sont favorables à la mouche mineuse. Dans de telles conditions, les œufs éclosent après 5 à 7 jours, le développement larvaire dure 18 à 23 jours et les adultes émergent 1 à 5 mois plus tard en fonction des conditions.

Comment s’en protéger ?

Nous connaissons des conditions météo fraîches depuis plusieurs semaines. Il est donc important de repérer les vols dans ses propres parcelles ; la présence de piqûres de nutrition constitue le premier repère afin de ne plus tarder à mettre en œuvre des moyens de lutte. Comme on l’a vu, des piqûres sont repérées actuellement à proximité de notre région. Elles précèdent les pontes et le début du cycle évolutif.

Les filets à mailles inférieures à 0,8 ou 1 mm protecteurs placés hermétiquement sur la culture sont efficaces mais coûteux. Leur placement demande du temps.

Les bordures des parcelles et les plantes pièges de ciboulette sont à surveiller  de près pour repérer les piqûres de nourrissement de la mouche mineuse.
Les bordures des parcelles et les plantes pièges de ciboulette sont à surveiller de près pour repérer les piqûres de nourrissement de la mouche mineuse.

Plusieurs produits sont homologués en culture conventionnelle parmi lesquels le spinosad, la deltametrine, la lambda-cyhalothrine, l’azadirachtine et l’abamectine. Ils sont actifs contre les adultes. Le spinosad est toléré sous certains cahiers de charge bio. Le délai avant récolte doit être respecté pour chacun de ces produits. Vérifiez l’emploi de ces produits sur www.fytoweb.be.

Les déchets de nettoyage des poireaux sont des lieux importants de survie des pupes. Le compostage permet une très forte proportion de leur destruction et est une solution préventive. L’enfouissement par labour ne permet, quant à lui, pas de réduire suffisamment la proportion de pupes pouvant donner des adultes. Les conditions de travail de la ferme maraîchère influencent l’importance du vol d’adultes lors de la saison d’activité suivante de la mouche.

Surveillons aussi les maladies

En visitant quelques parcelles la semaine dernière, nous pouvions également observer les débuts d’attaques de rouille et de mildiou.

La rouille

La rouille (Puccinia allii) laisse des pustules de couleur rouille sur le feuillage. Elle peut se développer du printemps à l’automne. Cette maladie altère la présentation du feuillage au point de ne plus rendre la production commercialisable. Les températures idéales sont de l’ordre de 18ºC. La résistance variétale est une piste prioritaire chez les sélectionneurs.

Le mildiou

Les grandes taches foliaires du mildiou (Phytophtora porri) prennent l’aspect du papier. La maladie peut se développer du printemps à l’automne. Bien qu’elle soit différente, les fortes attaques se font lors des périodes humides et de température en 15 et 20ºC, comme pour le mildiou de la pomme de terre.

Cette maladie peut provoquer d’importants dégâts et rendre la production invendable à cause des lésions au feuillage. La résistance variétale et une bonne aération de la parcelle sont les deux premières méthodes de lutte. Les traitements fongicides complètent la protection des plantes.

F.

Le direct

Le direct