L’ail d’automne: pour des têtes plus grosses mais à conservationmoins longue

La conservation de l'ail se passe très bien avec des températures supérieures à 15°C.  Pourquoi pas les laisser bien en vue dans la maison ou dans la cuisine sous forme de belles tresses ?
La conservation de l'ail se passe très bien avec des températures supérieures à 15°C. Pourquoi pas les laisser bien en vue dans la maison ou dans la cuisine sous forme de belles tresses ?

Une précaution chez nous : planter sur ados ou sur buttes pour éviter que l’ail ne se retrouve dans un sol gorgé d’eau durant l’hiver.

Les variétés

Les sélections traditionnelles sont basées sur l’intensité de la dormance et la période de bulbaison. L’ail violet d’automne et l’ail blanc d’automne sont deux groupes de variétés adaptées à nos conditions climatiques belges.

Dans le groupe de l’ail violet d‘automne, nous trouvons la variété générique du même nom ; Germidour, Paradour, Primor, Sprint, Valdour et Vayo en sont des améliorations par sélection.

Dans le groupe de l’ail blanc d’automne, nous trouvons la variété générique du même nom ; Dario, Jolimont, Messidor, Messidrome, Sabadrome, Sabagold, Therador, Thermidrome et Topadrome en sont des améliorations par sélection.

Nous décortiquons les caïeux de la tête au moment de la plantation.  Nous évitons de replanter le caïeux central.
Nous décortiquons les caïeux de la tête au moment de la plantation. Nous évitons de replanter le caïeux central.

La culture

Pour l’ail, il est important de respecter une longue rotation. Plus de 7 années avant de le cultiver à la même place, plus de 5 années à la place d’autres Alliacées (poireau, oignon, échalote…)

C’est le bon moment, en octobre et en novembre, de planter l’ail d’automne.

Pour permettre un bon développement des racines en profondeur, nous respecterons deux conseils. D’abord, il faut que le sol soit décompacté sur au moins une quinzaine ou une vingtaine de centimètres. Cela se fera avec un bêchage ou avec un outil de décompaction comme une fourche-bêche ou un décompacteur.

Surtout, il faut que les racines ne soient pas asphyxiées dans un sol gorgé d’eau. N’hésitons pas à constituer de petites buttes ou de petits ados sur lesquels nous planterons l’ail. L’effet de drainage latéral complétera le drainage naturel du terrain lors des périodes les plus humides de l’hiver.

L’ail n’a pas besoin d’une forte fumure pour se développer. Dans la plupart des situations, les résidus de fumure des cultures antérieures suffisent. De toute manière, les fumures organiques fraîches pourraient apporter de trop fortes mises à disposition d’azote et seront donc proscrites.

La plantation

Les caïeux sont séparés du bulbe d’origine peu avant la plantation. Le caïeu central du bulbe n’est pas planté, mais il peut être consommé.

Les caïeux sont plantés à une densité de 20/m² et à une profondeur de 5 cm au moins, en plaçant leur pointe vers le haut. Nous pouvons favorablement pailler le sol pour maîtriser le développement des herbes sauvages.

Si nous désirons obtenir de plus gros bulbes, nous pouvons planter en espaçant davantage et tendre vers une densité de 10 plantes/m².

Un sol compacté, envahi de mauvaises herbes ou gorgé d'eau ne donnera qu'une production médiocre.
Un sol compacté, envahi de "mauvaises" herbes ou gorgé d'eau ne donnera qu'une production médiocre.

Le suivi de la culture

Le désherbage est essentiellement basé sur les binages à partir du printemps.

Contrairement à l’ail de printemps, l’ail d’automne reçoit pratiquement chaque année suffisamment d‘eau pour son développement. Notre attention porte sur le développement des racines pour prélever cette eau, comme précisé ci-avant.

Après la plantation, le caïeu développe un enracinement puis, au printemps, ses 10 à 15 feuilles. Quand les conditions de végétation lui sont favorables (structure du sol, approvisionnement en eau, température) les feuilles sont plus larges et longues, ce sera un facteur important de rendement et de qualité.

La montaison

L’ail d’automne peut parfois développer une hampe florale dont les fleurs sont stériles. Cela n’arrive pas souvent, cela se produit lorsque les conditions printanières sont très froides. Il faudra couper ces hampes florales pour préserver les productions de caïeux.

Les ennemis et maladies

En sols décompactés et bien drainé, nous constatons peu de maladies de conservation en ail. Sur le feuillage, la rouille est assez fréquente. Les pustules réduisent l’efficacité de la photosynthèse lorsqu’elles sont nombreuses. La rouille est combattue préventivement par l’hygiène d’exploitation en éliminant les foyers sur Allium sauvages près de la parcelle.

La pourriture blanche (Sclerotium cepivorum) se transmet via le sol et sera prévenue par le respect de la rotation et la plantation de caïeux semenciers sains. À ce propos, nous pouvons récupérer nos caïeux d’une année à l’autre, en choisissant les plus beaux spécimens de notre récolte. Les plants sélectionnés par les professionnels sont d’une qualité garantie, ce qui n’est pas le cas de notre propre production.

La rouille est une maladie qui apparaît à partir de mi ou de fin juin. Elle participe à la sénecence du feuillage en fin de culture.
La rouille est une maladie qui apparaît à partir de mi ou de fin juin. Elle participe à la sénecence du feuillage en fin de culture.

La récolte

Nous récoltons l’ail d’automne lorsque les feuilles supérieures jaunissent, en juillet. Le bulbe entre alors en dormance pour une période de plusieurs mois.

Nous récoltons la plante entière en vue du nattage ou de la mise en bottes.

En 2021, les conditions d’humidité extrême ont amené une destruction complète du feuillage par les maladies. Bien que les bulbes n’aient pas pu être assemblés en bottes ou en nattes, leur conservation se poursuit sans problème en caisse bien aérée.

La conservation

Dès la récolte, les bulbes sont séchés en les suspendant en un endroit protégé de la pluie et bien ventilé, sans dépasser la température de 32ºC. Nous séchons le plus rapidement possible la tunique extérieure.

La dormance

C’est à 7ºC que la dormance est levée le plus rapidement, c’est-à-dire que les caïeux germent le plus rapidement après la récolte. Les températures basses (1ºC par exemple) ou élevées (> 15ºC) allongent la durée de la période de dormance. Elles sont donc intéressantes pour avoir une longue conservation.

F.

Le direct

Le direct