Accueil Législation

Du côté de l’Afsca: Brexit, grippe aviaire, embargos… ont rythmé 2021

2021 sonne comme le retour vers la vie d’avant pandémie pour l’Afsca qui a repris son travail normalement après plusieurs mois de perturbations. Au niveau agricole, celle-ci s’est notamment attardée sur la levée des embargos sur les produits porcins, le retour du virus hautement pathogène de la grippe aviaire ou encore le Brexit et ce, aux côtés de ses missions habituelles.

Temps de lecture : 5 min

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), sous la direction d’Herman Diricks et sous la tutelle du ministre fédéral de l’Agriculture, David Clarinval, vient de présenter son rapport annuel 2021 dans lequel elle tire le bilan de l’année écoulée.

Ainsi, pas moins de 114.486 missions de contrôle ont été effectuées l’an dernier de la fourche à la fourchette, contre 104.729 en 2020. Le taux de conformité observé suite à ces opérations demeure élevé : 85,7 % des check-lists d’inspection sont conformes (86,1 % en 2020).

Près de 69.000 échantillonnages ont également été réalisés. 97,5 % d’entre eux étaient conformes, ce qui est similaire à 2020 (97,7 %).

492 produits retirés du marché

Si un risque pour la sécurité alimentaire est décelé, l’Agence peut prendre une série de mesures telles que l’émission d’un avertissement (16.849 en 2021), la rédaction d’un procès-verbal d’infraction (9.465), la saisie des produits ou, dans des cas exceptionnels, l’imposition d’une fermeture temporaire (248).

Par ailleurs, 492 produits ont été retirés du marché ou ciblés par un avertissement, suite au travail conjoint de l’Agence et des entreprises alimentaires. 210 retraits avaient trait à la problématique de l’oxyde d’éthylène, un désinfectant gazeux dont l’utilisation est interdite en Europe.

« Les incidents alimentaires, comme la contamination des denrées à l’oxyde d’éthylène, démontrent qu’une Agence forte et efficace reste nécessaire pour la surveillance de la chaîne alimentaire », estime Herman Diricks.

Impact significatif du Brexit

Étant donné que le Royaume-Uni ne fait désormais plus partie de l’Union européenne, toutes les entreprises alimentaires britanniques doivent se conformer aux mêmes règles d’importation que les entreprises d’autres pays tiers comme la Chine, les États-Unis… Ainsi, un nombre remarquablement plus élevé de lots a été contrôlé.

À la frontière belge, pas moins de 6.250 contrôles de colis de marchandises britanniques ont été effectués en 2021. Les contrôles ont montré que 95 % des envois étaient conformes à la législation européenne.

Le Brexit a aussi signifié une charge de travail supplémentaire pour l’exportation de marchandises vers le Royaume-Uni. Pas moins de 950 certificats sanitaires pour des exportations d’animaux et de produits vivants et quelque 5.250 certificats phytosanitaires pour des plantes et produits végétaux destinés au Royaume-Uni ont été délivrés.

Par ailleurs, la demande croissante d’ouverture de marchés d’exportation et l’importance des potentiels obstacles (sanitaires et phytosanitaires) à l’exportation nécessitent une approche proactive de la part de l’Agence qui stimule toujours plus la collaboration et l’étroite concertation avec tous les partenaires concernés (entreprises, administrations fédérales et régionales). L’année dernière, ce sont 19 nouveaux marchés qui ont pu s’ouvrir.

Lever les embargos sur le porc belge

À côté de cela, l’Afsca a poursuivi son travail visant à lever les embargos sur la viande de porc belge instauré par 29 pays suite à la découverte d’un foyer de peste porcine africaine dans le sud de la province de Luxembourg, en 2018. Grâce aux négociations, 21 pays ont à nouveau autorisé l’importation de ladite viande.

À l’heure actuelle, huit pays – dont les principaux marchés sont la Chine, la Biélorussie, l’Australie et Taïwan – maintiennent toujours leur embargo.

Se méfier de la grippe aviaire

À l’automne dernier, le virus de la grippe aviaire circulait à nouveau chez les oiseaux sauvages. Dès le 15 novembre 2021, le ministre Clarinval a annoncé une nouvelle période de risque accru et des mesures supplémentaires de confinement ont été prises pour réduire le risque d’introduction du virus dans les élevages de volailles belges. Finalement, seuls trois foyers ont été détectés en Belgique au cours du dernier trimestre 2021.

Force est de constater que la grippe aviaire est de plus en plus présente tout au long de l’année. L’Afsca conseille donc aux particuliers d’être vigilants et de toujours protéger leurs animaux des oiseaux sauvages (en les couvrant d’un filet, par exemple) et appelle les détenteurs professionnels à respecter strictement les mesures de biosécurité.

Surveiller la présence de Pfas dans les aliments

L’Afsca est également intervenue dans le cadre d’une contamination de l’environnement aux Pfas, détectée à Zwijndrecht (province d’Anvers). Ces substances chimiques fabriquées par l’homme sont utilisées dans une grande variété d’applications en raison de leurs propriétés hydrofuges, anti-graisse et anti-salissures, rapporte Sciensano.

L’autorité sanitaire craignait que ces Pfas soient présents dans le sol, l’eau, l’air et également dans les denrées alimentaires. Une enquête a donc immédiatement été entamée.

Le premier volet a porté sur les entreprises alimentaires situées dans une zone de 15 km autour de l’entreprise polluante. Les œufs, du lait et de la viande provenant d’exploitations agricoles ont été analysés. Les résultats ont permis de conclure qu’aucune mesure supplémentaire n’était nécessaire pour ces fermes à ce moment-là.

La deuxième partie a ciblé toutes sortes de denrées alimentaires présentes sur le marché belge. Les recherches ont d’abord été menées en Flandre à des endroits où rien n’indique qu’une contamination ait eu lieu dans le passé. Entre août et novembre, 175 échantillons de denrées alimentaires ont été prélevés dans diverses exploitations agricoles du nord du pays. Pour ces denrées également, il n’a pas été nécessaire de prendre des mesures supplémentaires.

Avec le ministre fédéral David Clarinval, l’Agence a demandé à l’Europe de déterminer le plus rapidement possible des normes concernant la présence de Pfas dans les aliments.

A lire aussi en Législation

Semences traitées aux néonicotinoïdes: des dérogations accordées à tort, selon la Cour de justice de l’Union européenne

Betteraves Sollicitée au sujet des dérogations accordées par la Belgique et relatives à l’utilisation de semences de betterave traitées au thiaméthoxame et à la clothianidine, la Cour de justice de l’Union européenne a tranché. Selon elle, lesdites dérogations contreviennent aux règles européennes. L’ensemble des États membres de l’UE devra en tenir compte en vue des prochains semis.
Voir plus d'articles