Accueil Conso

Trois hubs logistiques pour renforcer l’autonomie alimentaire de la Wallonie

En collaboration avec les acteurs et actrices de terrain, le gouvernement wallon vient de donner son accord pour construire trois centres logistiques de transformation de l’alimentation. Liège, Namur et Charleroi accueilleront, grâce à un budget de plus de 16 millions d’euros, ces nouvelles structures.

Temps de lecture : 4 min

L a construction de ces trois hubs logistiques de plus de 6.000 m², dans le cadre du Plan de relance de la Wallonie, constitue une réponse aux demandes des producteurs locaux visant la mise en place de centres d’envergure destinés à la transformation des productions locales en soupes, sauces, salades, pâtisseries, plats préparés… L’objectif est ainsi est de booster tant l’économie que l’alimentation locale.

Ces futurs sites seront dédiés aux activités de grossiste, stockage, transformation, distribution et commercialisation de produits alimentaires à destination des collectivités, des professionnels et des citoyens. « Ce projet permettra de contribuer à l’entrepreneuriat social et coopératif, de développer l’emploi local, l’économie et la relocalisation alimentaire en Wallonie. Il permettra aussi de manger plus sainement en soutenant les producteurs et productrices locaux. C’est un projet porteur de sens à plusieurs égards », souligne la ministre wallonne de l’Emploi et de l’Économie sociale, Christie Morreale.

Concrètement, ces trois hubs fondés sur le modèle coopératif, sortiront de terre d’ici fin 2024 et seront équipés grâce au soutien opérationnel des intercommunales de développement économique que sont la SPI+, pour le site de Liège, le BEP, pour le site de Namur, et Igretec, pour le site de Charleroi. Ils répondront chacun à des objectifs définis en accord avec le développement et les enjeux économiques locaux.

À Liège, au plus près des consommateurs

Au cœur de Liège, une plateforme logistique de minimum 3.000 m² sera construite sur le site du marché matinal de Bressoux-Droixhe. En concertation avec les autorités communales, cet emplacement sera ainsi redynamisé et permettra de renforcer l’emploi dans une zone à forte demande. Le choix de cette zone économique présente également une situation géographique idéale car elle est en bordure de centre-ville, au plus près des consommateurs et se situe à proximité des axes autoroutiers qui sont connectés avec de grandes zones de productions agricoles (Pays de Herve, Hesbaye).

Concrètement, des activités de « bocalerie », de légumerie/conserverie, des produits frais, épluchés, nettoyés, précuits et/ou prédécoupés y seront notamment déployées pour fournir des collectivités comme les cantines scolaires ou l’Horeca.

En cohérence avec le « programme stratégique transversal » de la Ville de Liège, le projet vise aussi à favoriser l’émergence d’activités logistiques, de support, de transformations et commerciales au service des filières de production durables, locales et en circuits courts. Il s’agit aussi de combler un important « chaînon manquant » des filières alimentaires durables.

Un budget de 7,2 millions dégagé par la Wallonie est réservé à ce projet.

À Namur, renforcer les circuits courts vers les professionnels

À proximité du siège central de la coopérative « Paysans-Artisans » et afin d’amplifier les dispositifs de la « Fabrique Circuits Courts », le futur centre logistique de Namur, de minimum 1.000 m², sera construit à Suarlée grâce à un budget wallon de plus de 2,1 millions.

Il permettra de renforcer le réseau des acteurs de circuits courts vers les professionnels, et plus particulièrement, vers la restauration collective via ce site stratégique situé à proximité des grands axes routiers et fluviaux. Ce futur hub accueillera notamment une boulangerie bio (farine bio et locale) pour répondre aux demandes de restauration collective. Il proposera aussi des espaces de stockage et de préparation de commandes pour la restauration collective.

Grâce à son large espace, il pourra regrouper les denrées des 120 producteurs qui collaborent avec la coopérative Paysans-Artisans ainsi que ceux installés sur le site de la Fabrique Circuits courts. Des ateliers de transformation des aliments viendront également rejoindre le hub.

À Charleroi, une légumerie de 1.200 m²

En cohérence avec la Stratégie Food.C de Charleroi Métropole et tenant compte des besoins territoriaux, une nouvelle infrastructure locale de minimum 2.000 m² sera construite sur le site AMS-SUD, à Marchienne-au-Pont. Un budget de près de 5,5 millions sera dégagé par la Wallonie pour rénover et équiper ce hub logistique.

Ce futur site permettra de structurer, renforcer et multiplier les activités de production, de transformation, de distribution et de consommation au sein des filières agroalimentaires pertinentes pour le territoire des 30 communes de Charleroi et ses 600.000 habitants.

La spécificité du hub logistique de Charleroi Métropole sera de disposer d’une légumerie de près de 1.200 m² en vue d’approvisionner les collectivités (école, hôpital…). À cet égard, le futur hub sera également localisé à proximité du projet de Cuisine Centrale porté par l’Intercommunale de santé publique du Pays de Charleroi, en cohérence avec les objectifs de distribution de produits alimentaires durables et équilibrés auprès de collectivités.

A lire aussi en Conso

Colruyt paiera encore plus cher sa viande de bœuf

Bovins Colruyt augmente à nouveau le prix d’achat des carcasses de bœuf, après avoir déjà fait un geste à la mi-février. «Il est clair que le secteur de la viande bovine est durement touché aujourd’hui», a déclaré Gunter Uyttenhove, directeur de Fine Food chez Colruyt Group.
Voir plus d'articles