Des tracteurs plus puissants, confortables et connectés

Si certains modèles ont été dévoilés ces derniers mois à la presse spécialisée, c’est bien à Agritechnica, haut lieu de l’innovation, que leurs futurs utilisateurs ont pu s’en approcher, voire s’y installer.

Chez New Holland, le T8 gagne en intelligence

Chez New Holland, le renouvellement débute par le haut de la gamme avec l’apparition du T8 Genesis intégrant la plate-forme d’agriculture de précision « maison » PLM Intelligence. Celle-ci permet une connectivité accrue entre les différents opérateurs. En pratique, cela se traduit par le partage et l’analyse de données agronomiques et de documents de prestations de travail.

Dans la nouvelle cabine à 4 montants, on retrouve l’accoudoir SideWinder Ultra et l’écran IntelliView de 12 pouces. Tous deux permettent, outre l’avancement de l’engin, de contrôler les relevages avant et arrière, les distributeurs hydrauliques ou encore la climatisation. Des touches de raccourcis sont prévues, afin d’accéder directement aux réglages des différentes fonctions présentes sur l’engin. Diverses caméras, placées sur le pourtour du T8 Genesis, augmentent la visibilité du conducteur. Elles doivent lui permettre de mieux surveiller la route et, au champ, l’outil attelé.

Sous le capot, on retrouve un moteur FPT de 8,7 l conforme à la norme antipollution Stage V grâce au système de post-traitement EcoBlue sans recirculation des gaz d’échappement ni filtre à particules.

La gamme de tracteurs polyvalents T5 se décline, quant à elle, en quatre nouveaux modèles T5 Dynamic Command. Ils sont dotés d’une transmission semi-powershift 24x24 à double embrayage assurant, selon le constructeur, souplesse et confort de travail. Côté motorisation, ces T5 reçoivent un moteur FPT Stage V de 4,5 l développant de 110 à 140 ch.

Le T5 Dynamic Command est équipé de la cabine Horizon, de l’accoudoir SideWinder et d’un nouveau toit ouvrant transparent haute visibilité.

Enfin, New Holland lance un nouveau pont avant suspendu sur sa gamme de tracteurs spécialisés T4 V/N/F (vignes et vergers) : la suspension Terraglide. Celle-ci protégerait le tracteur, l’outil et l’utilisateur contre les secousses pendant le transport et les travaux au champ. Elle permet aussi au chauffeur de contrôler la hauteur de suspension pour ajuster la garde au sol en fonction des conditions et de la hauteur de l’outil frontal. Elle autorise quatre modes de conduite (suspension verrouillée, souple, moyenne ou dure) selon le travail à réaliser.

John Deere étend ses gammes et puissances

John Deere a, de son côté, présenté la série 8R : 13 modèles se déclinant en trois concepts de tractions différents, à savoir 8R à roues, 8RT à deux chenilles et 8RX à quatre chenilles (d’une largeur de 41 à 76 cm). Ces tracteurs sont équipés d’un moteur John Deere de 9 l développant une puissance nominale de 280 à 410 ch selon le modèle. Trois options de transmission figurent au catalogue : powershift 16/5, powershift e23 et variation continue AutoPowr.

Les freins arrière ont été renforcés de façon conséquente afin que les freins avant ne soient plus nécessaires, annonce le constructeur. Des freins avant supplémentaires restent disponibles en option.

L’accès à la cabine et son design ont été repensés. De même, la suspension ActiveSeat du siège a été améliorée pour un confort accru. En option, le joystick CommandPro est disponible.

Côté connectivité, l’autoguidage AutoTrac peut recevoir l’antenne StarFire 6000 tandis que l’AutoSetup (développé pour le téléchargement des données de la parcelle, des outils ou encore des travaux à réaliser), est disponible en option.

Une nouvelle génération de 7R fait aussi son apparition, cinq modèles de 250 à 330 ch (moteur de 6,8 ou 9 l) à transmission à variation continue AutoPowr ou powershift e23.

Tous reçoivent une nouvelle cabine, dotée de caractéristiques similaires aux 8R. Les versions à boîte AutoPowr peuvent aussi être équipées du joystick CommandPro. De même AutoTrac et AutoSetup sont disponibles sur ces modèles.

Enfin, le constructeur remplace les tracteurs 6M, 6MC et 6RC par une nouvelle série 6M composée de 7 modèles 4 cylindres (4,5 l) de 90 à 145 ch et 3 modèles 6 cylindres (6,8 l) de 155 à 195 ch. Tous bénéficient d’une nouvelle cabine à suspension mécanique, plus lumineuse et plus silencieuse. Trois boîtes de vitesses sont commercialisées : les deux powershift PowrQuad et AutoQuad ainsi que la boîte CommandQuad permettant un changement de vitesse et de gamme entièrement automatique sans embrayage.

Nouveau milieu de gamme chez Massey Ferguson

Massey Ferguson a annoncé le lancement de sa nouvelle série MF 5700 M comprenant cinq tracteurs de 95 à 135 ch propulsés par un moteur Agco Power 4 cylindres de 4,4 l. Selon les modèles, la boîte de vitesses 12x12 ou la transmission Dyna-4 (16 vitesses avant, 16 vitesses arrière) sont disponibles de série ou en option.

Les tracteurs équipés de la Dyna-4 peuvent recevoir, en option, les fonctions « Neutre à la pédale de frein » et AutoDrive. La première permet à l’opérateur de débrayer la transmission par simple pression sur les freins tandis que la seconde permet un changement de vitesses automatique dans les deux modes (puissance ou économique). « Neutre à la pédale de frein » est aussi disponible avec la boîte 12x12.

Le constructeur a aussi présenté son 6700 S conforme Stage V (lire notre édition du 15 novembre).

Un nouveau look pour le Case IH Puma

Les gammes de tracteurs Puma 140-175 compacts et Puma 185-240 châssis long adopteront en 2020 un nouveau design de capot s’inspirant des Optum et Magnum. Sous celui-ci, on retrouve un moteur FTP 6 cylindres de 6,7 l associé au dispositif antipollution HI-e-SCR2 en vue d’assurer la conformité Stage V. Déjà présent sur les modèles 185-240, ce dispositif équipera donc les Puma 140-175. La calandre reçoit aussi de nouveaux feux de route et de travail.

La finition intérieure de la cabine évolue, elle aussi : nouvel éclairage, réservoir pour le lavage des mains, rétroviseur compact, nouveau rail de moniteur…

Le constructeur a également dévoilé au public ses nouveaux Magnum AFS Connect (lire notre édition du 4 octobre) et Vestrum (initialement présenté sous le nom de Versum, lire notre édition du 12 avril dernier).

Fendt renouvelle la série 900 Vario

Fendt montrait à un public international sa série 900 Vario, 5 modèles propulsés par un moteur MAN 6 cylindres (9 l) développant de 296 à 415 ch. La conformité Stage V est assurée par un catalyseur d’oxydation diesel, un filtre à particules et la réduction catalytique sélective.

Ces tracteurs se caractérisent par le découplage des ponts avant et arrière, le système de télégonflage intégré VarioGrip ou encore la présence d’un système hydraulique modulaire délivrant 165 l/min (220 l/min, voire 430 l/min, en option). Ils reçoivent un équipement modulaire avec ou sans relevage arrière, prise de force arrière, prise de force avant, poste de conduite inversé et un grand nombre de variantes de dispositifs d’attelage et de relevage.

Une nouvelle cabine fait son apparition, la Fendt Life Cab. Elle intègre de nombreuses fonctions connectées : la télémétrie Fendt Connect pour l’analyse et la gestion des mouvements de la machine, un nouveau système d’infoloisir, un système Tim (tractor implement management) permettant à l’outil attelé compatible de contrôler la vitesse d’avancement du tracteur et, enfin, le système de gestion des manœuvres en bout de champ Fendt TI Headland.

Le Fendt 314 Vario Stage V s’affiche, quant à lui, comme le nouveau modèle haut de gamme de la série 300 Vario. Il bénéficie du DynamicPerformance, un dispositif lui permettant d’accroître sa puissance de 10 ch au moment et à l’endroit (prise de force, système hydraulique…) où ce boost est nécessaire.

En cabine, on retrouve un terminal de 12 pouces pour la première fois sur un 300 Vario. Il regroupe l’ensemble des systèmes d’assistance que sont Fendt Guide Contour Assistant, SectionControl et VariableRateControl. Un nouveau joystick multifonctions fait son apparition. Par rapport au modèle précédent, il est doté de fonctions supplémentaires et l’ergonomie du levier a été améliorée. Le joystick 3L, plus évolué, est disponible en option.

Ce modèle intègre aussi la technologie FendtOne permettant, notamment, de planifier ses tâches ou ses données parcellaires sur un ordinateur ou un smartphone avant de les transférer vers le tracteur par téléphone portable

Steyr décline le CVT

Pour l’Agritechnica, Steyr annonce le remplacement de la série CVT par deux nouvelles séries : Impuls CVT et Absolut CVT. Le premier sera plus complet, plus maniable et plus léger que son grand frère de gabarit supérieur. Tous deux reçoivent des motorisations 6 cylindres Stage V.

L’Autrichien a aussi fait découvrir au public son Expert CVT (lire notre édition du 11 octobre).

Claas chausse ses tracteurs de chenilles

Enfin, Claas a présenté les nouveaux Axion 930 Terra Trac (355 ch) et 960 Terra Trac (445 ch), deux modèles à chenilles à l’arrière doté d’une suspension intégrale. Grâce à la suspension des chenilles et du pont avant, ils combineraient les avantages d’un tracteur à chenilles en termes de traction et de protection des sols, et le confort routier d’un tracteur standard « classique ». La conduite est encore facilitée par la présence d’un système de direction assistée activable depuis le terminal. Le degré d’assistance est par ailleurs adaptable par le chauffeur.

Trois largeurs de chenilles sont disponibles : 25 pouces (635 mm), 29 pouces (735 mm) et 35 pouces (890 mm). La largeur de l’engin reste, dans tous les cas, inférieure à 3 m.

Dans la même lignée, le constructeur allemand a dévoilé les Xerion Tract TS 4500 et 5000 à quatre trains de chenilles. Tous deux propulsés par un moteur Stage V, le premier affiche une puissance de 490 ch contre 530 ch pour le second. Les chenilles, d’origine Zuidberg, sont d’une largeur de 30 pouces (762 mm) pour une largeur de l’engin inférieure, ici aussi, à 3 m.

En cabine, ces modèles reçoivent l’accoudoir Cebis à écran tactile de 12 pouces et le joystick Cmotion.

Pour terminer, Claas dote encore ses modèles Axion 800 et Arion 500 et 600 d’une motorisation conforme aux normes antipollution Stage V grâce à la présence d’une vanne egr (recirculation des gaz), d’un filtre à particules et de la réduction catalytique sélective. Les modèles Arion 500 reçoivent un bloc 4 cylindres d’une puissance de 125 à 165 ch tandis que les Arion 600 sont équipés d’un bloc 6 cylindres délivrant 145 à 185 ch. L’Axion 800 reçoit un moteur 6 cylindres développant de 205 à 285 ch selon le modèle.

Un nouveau limiteur de régime est disponible pour la transmission robotisée Hexachift. Il permet de limiter le régime moteur maximal pendant tous les travaux dans les champs et sur l’exploitation ainsi que lors des trajets sur route pour assurer un fonctionnement performant et économique, annonce le constructeur.

J.V.

Le direct

Le direct