Accueil Conso

L’industrie laitière réduit de 12% les sucres ajoutés

Les entreprises belges de transformation du lait ont réduit la teneur en sucres ajoutés de leurs produits de 12 % entre 2012 et 2020. Ainsi, les membres de la Confédération belge de l’industrie laitière (CBL), ont largement atteint les objectifs de la Convention alimentation équilibrée (2012-2020), avec une réduction de 8 %.

Temps de lecture : 3 min

À ce propos, Lien Callewaert, directrice de la CBL déclare : « Je suis très fière des efforts considérables déployés par nos membres pour réduire les sucres ajoutés. Les consommateurs peuvent désormais faire leur choix en toute confiance parmi une très large gamme de produits laitiers sains ».

Faciliter le choix du consommateur

Entre 2012 et 2020, l’industrie laitière s’était fixé un objectif de réduction de 8 % des sucres ajoutés dans le cadre de la Convention alimentation équilibrée, un accord volontaire entre le secteur alimentaire et les autorités pour travailler ensemble afin de faciliter le choix d’une alimentation saine pour les consommateurs. Cette dernière avait été conclue entre les autorités fédérales, Fevia, la fédération belge de l’industrie alimentaire, et Comeos, la fédération du commerce et des services.

Cet objectif a été largement atteint en 2020 avec une réduction de 12 %. Et en 2021, les transformateurs laitiers ont prouvé que, même sans engagement formel, de grandes mesures pouvaient être prises, ce qui a abouti à une réduction totale des sucres ajoutés de 15 % (2012-2021). En outre, il faut souligner que la majorité de la gamme concernée ne contient tout simplement pas de sucres ajoutés.

Innovation et optimisation

Le lait et les produits laitiers sont une source importante de protéines, de calcium, de vitamines B2 et B12. En raison de leurs effets bénéfiques sur la santé, ces aliments (produits sucrés et non sucrés) sont inclus dans les recommandations alimentaires, pour une quantité de 250 à 500 ml par jour. « Le lait et les produits laitiers peuvent contribuer à un régime alimentaire complet qui favorise la santé », indiquait d’ailleurs le Conseil supérieur de la santé en 2019.

La CBL et ses membres ont clairement pris l’initiative de faciliter le choix du consommateur. D’une part, les entreprises laitières ont, dans la mesure du possible, adapté progressivement les recettes existantes, comme la gamme Danio de Danone et le yaourt Pur Natur à la grenade. D’autre part, de nouvelles techniques innovantes, telles que le fractionnement du lactose3, ont été utilisées pour obtenir un profil de goût similaire avec moins ou même sans sucre ajouté. Tant le Cécémel sans lactose que les boissons lactées Bambix en sont de bons exemples. Enfin, les entreprises laitières élargissent aussi activement leurs gammes de produits sans sucre ajouté, comme le nouveau yaourt naturel d’Inex.

« Nutri-pact » pour une meilleure alimentation

Toutefois, il n’a pas été facile d’obtenir cette forte diminution. La réduction de la teneur en sucres ajoutés doit se faire progressivement, afin que les consommateurs puissent s’habituer à ce nouveau goût. Les entreprises laitières ont, elles, dû ajuster leurs plans ou imaginer de nouvelles voies, et ce à plusieurs reprises, afin d’atteindre l’objectif proposé sans, pour autant, perdre le consommateur.

En outre, s’appuyant sur la Convention alimentation équilibrée, Fevia et Comeos ont lancé « Nutri-pact : une coalition pour une meilleure alimentation ». Dans ce cadre, les entreprises laitières s’engagent à poursuivre l’innovation et l’optimisation de leurs produits.

Lien Callewaert explique : « Malgré tous les efforts et la responsabilité que nous avons déjà pris, l’engagement passé n’est pas un point final pour l’industrie laitière. Preuve en est, la CBL et ses membres continueront à travailler activement au sein de la nouvelle coalition « Nutri-pact une coalition pour une meilleure alimentation » afin d’innover et d’améliorer encore la qualité nutritionnelle des produits laitiers ».

A lire aussi en Conso

Colruyt paiera encore plus cher sa viande de bœuf

Bovins Colruyt augmente à nouveau le prix d’achat des carcasses de bœuf, après avoir déjà fait un geste à la mi-février. «Il est clair que le secteur de la viande bovine est durement touché aujourd’hui», a déclaré Gunter Uyttenhove, directeur de Fine Food chez Colruyt Group.
Voir plus d'articles