Accueil Economie

Biowanze répond aux agriculteurs

Face à une mobilisation d’agriculteurs locaux organisée ce vendredi 23 février sur le site de production de Wanze, Biowanze déclare vouloir adopter une position solidaire et de dialogue. La délégation agricole présente a d’ailleurs été reçue au sein de l’entreprise afin de pouvoir partager leurs préoccupations avec la direction.

Temps de lecture : 2 min

À la fois client (froment fourrager local et résidus de betteraves belges) et fournisseur (alimentation à destination des élevages et engrais vert), Biowanze collabore quotidiennement avec le secteur agricole local. C’est pourquoi, la délégation d’agriculteurs a été reçue au sein de l’entreprise par le directeur, le responsable logistique, des membres de la délégation syndicale et le responsable communication afin d’échanger sur leurs préoccupations de terrain.

L’entreprise a indiqué que dans une vision d’ancrage local fort et de durabilité, elle soutient la filière locale grâce à un rayon d’approvisionnement court. Elle a ajouté n’utiliser que du froment fourrager 100 % d’origine européenne et même majoritairement belge et wallon.

« Nous continuerons à développer notre modèle wallon d’économie circulaire pour développer de la valeur ajoutée et soutenir notre secteur agricole local. Cette rencontre, sous fond de grogne, a été l’occasion de constater avec les agriculteurs que nous devons composer avec des contraintes communes mais que nous tentons d’avancer dans la même direction », a souligné Pierre Etienne, le directeur de Biowanze.

Au centre des discussions entre l’entreprise et les agriculteurs ce vendredi ? Origine des froments, répartition des coûts et des marges, fluctuation du marché ou encore exigences du cahier de charge imposées par les organismes de contrôles.

A lire aussi en Economie

Premier baromètre du moral des agriculteurs bio

Economie Marché en recul, chiffre d’affaires en baisse, prix de vente qui passent sous les prix conventionnels sont devenus courants en 2022 et 2023 dans les fermes bio. Le constat n’est pas favorable pour celles et ceux qui sont pourtant engagés dans des pratiques positives qui devraient être mieux valorisées : protection de la santé, de la biodiversité, des sols, de l’eau, du climat. L’Unab leur a donné la parole.
Voir plus d'articles